En cause, une location de décodeur de 12 mois offerte au consommateur, qui dans les faits, ne serait que de 6 mois.

proximus-proximustv-201507

En juin passé, de nombreux clients Proximus furent avertis de la chose suivante : s’ils avaient acheté leur décodeur entre 2008 et 2013, il devaient alors en louer un nouveau. En effet, l’ancien décodeur, le V3, qu’ils possédaient n’aurait bientôt plus la capacité de proposer le service Proximus TV. Rappelons que l’opérateur a entamé une phase de modernisation de ses services et que cette décision concernant le remplacement de décodeurs en fait partie.

Sauf que Test-Achats relève plusieurs défauts à l’offre de Proximus. Tout d’abord, elle fait remarquer que l’opérateur imposait aux clients de répondre positivement au remplacement de leur décodeur avant le
25 juin 2016. Or, Test-Achats s’interroge sur le pourquoi de cet empressement, les décodeurs étant valables jusqu’au 31 janvier 2017. Ce qui veut dire que l’offre initiale de 12 mois de location gratuite n’est que de 6 mois dans les faits.

Ensuite, l’association précise que la location du décodeur peut être considérée comme très (trop?) élevée. Concrètement, chaque client doit s’acquitter de 8€, et ce mensuellement dans le cadre de la location de son décodeur, seul formule locative possible. Test-Achats souligne dès lors le fait qu’un décodeur coûte entre 200 et 250€ et que le consommateur va le garder plus de deux ans. Autrement dit, le client payera bien plus que ce que vaut réellement son décodeur.

Ces constatations de Test-Achats ont poussé l’association à introduire une action collective à l’encontre de Proximus ce mercredi 30 novembre. En d’autres mots, il est demandé à Proximus de louer gratuitement le nouveau décodeur jusqu’au 31 janvier 2018.