Facebook veut combattre la désinformation

Selon Mark Zuckerberg, trop de fausses informations circulent sur le réseau social. 

© AFP
© AFP

Pendant la campagne présidentielle américaine, de nombreuses rumeurs et fausses informations se sont propagées sur Facebook. S’il ne s’agit pas d’une première pour le réseau social de Mark Zuckerberg, le phénomène a tout de même pris beaucoup d’ampleur durant l’élection. D’où la volonté récente du dirigeant de lutter contre cette tendance.

Le fondateur de Facebook a cependant insisté sur le fait que ses équipes devaient rester prudentes afin de ne pas devenir “les arbitres de la vérité.” Dans les faits, aucune mesure ne sera prise pour l’instant puisqu’il est question de projets. D’ailleurs, rien n’est prêt à être concrétisé. L’un d’entre eux consistera à insérer un message d’alerte pour les informations ayant été signalées comme étant mensongères. A ce propos, les utilisateurs ne seront pas les seuls à être mis à contribution pour repérer ces fausses informations puisque la firme fera également appel à des experts externes.

De plus, dans ce même cadre, les sites d’actualités qui recensent intentionnellement des informations mensongères n’auront plus accès au système publicitaire de Facebook.

On l’évoquait au début de cet article : pour beaucoup, les réseaux sociaux ont permis d’asseoir la victoire de Donald Trump. D’abord, parce que ce dernier, maltraité par certains médias, a choisi ce canal de communication pour faire entendre sa voix. Ensuite, parce que de nombreux analystes insistent sur le fait que des fausses informations se sont multipliées sur Facebook et qu’elles étaient en faveur du candidat républicain. Certains posts ont même été partagés plus d’un million de fois.

A cet égard, Mark Zuckerberg avait indiqué qu’il était inconcevable de penser que son réseau social avait pu influencer le résultat des élections. Il semble qu’il ait quelque peu changé d’avis…

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.