Le Galaxy Note 7 a remis la fiabilité des batteries au lithium au cœur des débats. Un dysfonctionnement aurait causé plusieurs explosions de batteries, parfois dans des lieux publics. Si le Note 7 était victime d’un défaut de fabrication, de nombreux smartphones peuvent également être victimes d’une batterie défectueuses. Mais comment une telle chose est-elle possible? 

batterie

Le Samsung Galaxy Note 7 n’est pas le premier appareil à prendre feu et ne sera sans doute pas le dernier. D’ailleurs, on retrouve un point commun entre de nombreux gadgets qui se sont consumés dans les flammes : ils possédaient une batterie au lithium.

Comment ça marche ?

Une batterie au lithium présente à chacune de ses extrémités une électrode, l’une est positive, l’autre négative. Entre ces deux électrodes se trouve un liquide appelé électrolyte. Lorsque la batterie charge, le lithium-ion (soit le lithium sous forme ionique) voyagera vers l’anode (l’électrode négative) et lorsqu’elle se décharge, le lithium ira vers la cathode (électrode positive).

Crédit : Lucbor.fr
Crédit : Lucbor.fr

Danger

Là où cette technologie déraille, c’est lorsque le lithium bouge trop vite. La vitesse à laquelle il peut se déplacer est contrôlée, ce qui explique que les batteries peuvent prendre un certain temps avant d’être complètement chargées.

Dans le cas où la vitesse n’est pas assez limitée, des plaques de lithium se forment autour de l’anode, ce qui engendrera un court-circuit qui générera de la chaleur. Et c’est cette chaleur qui enflammera l’électrolyte.

Ce n’est pas la seule cause possible des explosions d’appareils munis de batteries au lithium mais c’est la plus probable. Par exemple, si pendant le processus de création, on perfore des petits trous dans la batterie ou qu’on y laisse des morceaux de métal, le résultat sera le même.

Mais ce dernier cas est quand même bien moins répandu grâce aux contrôles de qualité auxquels sont soumis ces batteries. D’ailleurs, pour en revenir au cas qui nous occupe, celui du Samsung Galaxy Note 7, la firme sud-coréenne n’a pas encore communiqué à propos de la source du problème.

Aussi, sachez qu’à l’heure actuelle, des chimistes tentent de développer un nouveau type de batteries ininflammables.

Pourquoi les utiliser ? 

C’est très simple : les batteries lithium-ion constituent ce qui se fait de mieux sur le marché. Voici d’ailleurs ce qu’Apple en dit sur son site internet : “Par rapport à la technologie des batteries traditionnelles, les batteries au lithium-ion se chargent plus rapidement, durent plus longtemps et ont une densité de puissance supérieure, ce qui se traduit par des batteries plus légères à l’autonomie plus grande. Quand vous en saurez un peu plus sur la manière dont elles fonctionnent, vous en tirerez le meilleur parti.”

Crédit : FrAndroid
Crédit : FrAndroid

En effet, elles présentent bien des avantages. Tout d’abord, elles sont légères malgré leur haute densité d’énergie. Ensuite, elles ne nécessitent pas de maintenance. Enfin, notons qu’elles présentent une faible autodécharge. C’est pour quoi, à l’heure actuelle, on en retrouve dans les appareils photo, les smartphones, les tablettes, les ordinateurs, les véhicules…

La solution Samsung

En septembre, lors du premier rappel, le géant sud-coréen avait annoncé qu’il limiterait la recharge des batteries de ses Samsung Galaxy Note 7 afin d’éviter les risques d’explosion.

Il semble que cette idée n’ait pas porté ses fruits étant donné que l’entreprise a, dès à présent, décidé de stopper la production et la vente de ce modèle.

La course technologique a pris un coup dans l’aile puisque pour fabriquer des batteries plus performantes, on augmente la densité d’énergie dans un volume réduit. Ce qui rend la sécurité plus difficile à gérer…

Un problème éthique

Enfin, la sécurité n’est pas l’unique problème de ces batteries. En effet, comme pour de nombreux produits, les conditions de création de celles-ci laissent à désirer. Pour comprendre, il faut savoir que la cathode contient du cobalt. Ce dernier provient, en grande partie, d’Afrique. Là-bas, beaucoup d’enfants ont rejoint les rangs des mineurs et souffrent de maladies liées à la présence de métaux. En effet, ces jeunes travailleurs n’ont, pour la plupart, pas de quoi se protéger efficacement.

Certains gouvernements, comme celui des USA, ont pris des mesures et forcent, notamment, les grandes entreprises à divulguer la source de leurs matières premières. Cependant, certaines passent encore entre les mailles du filet…