BlackBerry annoncerait la mort de sa division mobile le 28 septembre

Selon la rumeur qui circule actuellement sur Internet, BlackBerry aurait prévu d’annoncer la mort de sa division mobile le 28 septembre prochain. L’entreprise canadienne, qui espérait revenir dans la course en misant sur le système d’exploitation de son ancien rival Google, mettrait ainsi un terme à une longue agonie.

priv

Depuis son arrivée à la tête du groupe, John Chen, le nouveau patron de BlackBerry, n’a cessé de marteler qu’il souhaitait remettre dans le vert le groupe canadien auquel il a juré allégeance. En se concentrant sur le software, il est parvenu à réduire les coûts de fonctionnement de l’entreprise, tout en laissant sa chance à la division mobile du groupe, qui représentait le cœur d’activité historique de la marque.

Le patron de BlackBerry avait laissé un an de délai à son entreprise pour tenter de revenir dans la course sur le marché du mobile. Le groupe canadien avait alors fait le pari de miser tous ses pions sur Android, le système d’exploitation de Google, premier OS mondial. Un choix audacieux lorsque l’on connaît l’ADN du groupe… Et force est de constater que ce choix n’a pas été le plus judicieux puisque les ventes du Priv, le premier smartphone Android du groupe, n’ont pas été à la hauteur.

Selon la rumeur, BlackBerry annoncerait la mort de sa division mobile le 28 septembre prochain. Si cela ne signifie pas forcément la disparition de la marque sur le segment mobile – BlackBerry a sous-traité à TCL (Alcatel) la fabrication de son dernier smartphone et pourrait continuer sur cette voie -, l’avenir ne s’annonce pas très radieux pour la marque canadienne, qui tentera de retrouver la croissance en misant sur ses applications mobiles et services aux entreprises.

La disparition de la branche mobile du groupe permettra à BlackBerry de réduire drastiquement ses dépenses. Selon les dernières informations, la division mobile représentait 65% des coûts en recherche & développement de l’entreprise. BlackBerry disposant encore d’un solide trésor de guerre, l’entreprise devrait pouvoir survivre à cette transition sans problèmes.