Les opérateurs ont fait part à l’Union européenne de la concurrence des services VoIP qu’ils jugent déloyale. La Commission étudie cet état de fait et les événements récents liés aux attentats pourraient, eux aussi, influencer son choix.

Crédit photo : AFP
Crédit photo : AFP

Les mobinautes utilisent de plus en plus des services comme Whatsapp et Skype lorsqu’il s’agit de communiquer. Pourquoi téléphoner et dépenser de l’argent quand il suffit de se connecter à une connexion wi-fi pour joindre un interlocuteur situé à l’autre bout du monde ?

Ces VoIP, « Voice over IP », soit des services qui permettent de communiquer avec la voix, vont donc être examinés par la Commission européenne et devraient être soumis aux mêmes règles que les différents opérateurs téléphoniques du marché.

Parmi celles-ci, on retrouve l’obligation d’accéder à un service d’appels d’urgence ou encore la possibilité d’écoutes par des services de police lors d’enquêtes judiciaires. Cette dernière mesure prouve que les moyens de communication utilisés par des terroristes ont fortement influencé le choix de l’Europe de légiférer en la matière. Notons tout de même que ce dernier point n’en est qu’au stade de la réflexion et que rien n’a encore été décidé. Mais si elles devaient se concrétiser, ces règles seraient tout de même plus légères que celles imposées aux opérateurs puisque les services VoIP ne maitrisent pas tous les contenus transmis par leurs services.

Ce débat est particulièrement intense en France où le ministre de l’intérieur souhaite pouvoir accéder aux données des différentes messageries en ligne quand la situation l’exige. Le gouvernement français a notamment Skype dans sa ligne de mire mais ce dernier refuse de passer sous le statut d’opérateur.

En tout cas, le lobbying des opérateurs semble porter ses fruits puisque la Commission européenne va étudier ce qu’il est possible d’instaurer en matière de législation afin de mettre tout le monde sur un même pied d’égalité.

Cela permettra de pousser les opérateurs téléphoniques à investir dans leurs réseaux de nouvelle génération. Ce qui sera également bénéfique pour les VoIP puisqu’ils pourront améliorer leurs activités sur ces réseaux plus performants.

Evidemment, tous les acteurs du secteur ne voient pas cette mesure d’un bon œil. C’est le cas de Microsoft, Facebook et Google notamment qui ne veulent pas de cette nouvelle réglementation et proposent plutôt, de séparer les deux secteurs, chacun avec une législation spécifique.

Rémi Lach