C’est prouvé, la conduite semi-autonome sauve des vies

Les résultats d’une récente étude de l’université américaine de Carnegie Mellon (Pennsylvanie) mettent en évidence que les équipements actifs de sécurité automobile, comme le freinage automatique d’urgence et le système de surveillance de l’angle mort, permettent de prévenir 10.000 accidents de la route mortels par an aux Etats-Unis.

Les systèmes d'aide à la conduite seraient capables de prévenir ou d'atténuer la gravité de 24% des accidents sur les routes américaines. ©bowdenimages/istock.com
Les systèmes d’aide à la conduite seraient capables de prévenir ou d’atténuer la gravité de 24% des accidents sur les routes américaines.
©bowdenimages/istock.com

La question de la fiabilité des technologies de conduite semi-autonome a fait les gros titres ces dernières semaines, notamment en raison d’un accident impliquant une Tesla Model S en mode autopilote. L’accident a causé la mort du conducteur Joshua Brown, ce qui semble inciter les autorités à se montrer prudentes quant à l’adoption de lois et de règlementations favorisant la démocratisation de telles technologies.

Mais à en croire les résultats d’une étude menée par la Faculté des Ingénieurs de l’université américaine de Carnegie Mellon, il serait plus pertinent, au contraire, d’accélérer leur démocratisation.

Chris T. Hendrickson, directeur de l’institut Carnegie Mellon Traffic21, le professeur Constantine Samaras et le doctorant Corey Harper co-signent un papier intitulé “Cost and Benefit Estimates of Partially-Automated Vehicle Collision Avoidance Technologies”.

Leurs recherches montrent que la panoplie existante de systèmes d’aide à la conduite (alerte anti-collision, alerte de changement de voie, système de surveillance de l’angle mort et freinage automatique) est effectivement capable de prévenir ou d’atténuer la gravité de 24% des accidents et concernerait 1,3 millions de collisions.

Un investissement sur l’avenir

Ces systèmes sont de plus en plus répandus sur le marché mais souvent sur des modèles premiums. L’objectif de l’étude du Carnegie Mellon était en partie de comprendre s’il s’agissait d’un investissement valable. D’après les résultats, l’automatisation, même partielle, apporte assez d’avantages pour justifier une adoption par le plus grand nombre.

“Si vous achetiez aujourd’hui une voiture équipée de ces systèmes au prix proposé par les constructeurs, vous en retireriez, ainsi que la société, un bénéfice réel”, conclut Hendrickson.

Quand les voitures ne sont pas impliquées dans des accidents, il n’y a pas de créance d’assurance et les véhicules demeurent en circulation plus longtemps. Rien qu’en évitant les accidents relatifs aux angles morts et aux changements de voie, le coût des accidents serait réduit de 4 milliards de dollars par an aux Etats-Unis.

AFP

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.