Pour célébrer les 500 millions d’utilisateurs d’Instagram, Mark Zuckerberg a publié une photo de lui brandissant un cadre en carton sur sa page Facebook. Le fondateur du réseau social était loin d’imaginer le buzz qu’il allait provoquer sur la toile…

zuck1

Mardi, Instagram a confirmé avoir dépassé le cap des 500 millions d’utilisateurs à travers la planète. Un succès à l’échelle planétaire que Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook a tenu à célébrer à sa manière en publiant une photo de lui brandissant un cadre en carton à l’image de l’interface du réseau social sur sa page Facebook.

L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais un internaute a remarqué un détail troublant sur le visuel. Pour éviter d’être espionné, le fondateur de Facebook a en effet collé du papier adhésif sur sa webcam et sur le micro de son ordinateur portable. Une mesure de sécurité parfaitement old-school qui a beaucoup amusé les internautes mais qui soulève également quelques questions. Questions auxquelles Mark Zuckerberg n’a bien entendu pas daigné répondre dans les commentaires…

Pour beaucoup d’internautes, le fait que Mark Zuckerberg recouvre la webcam et le micro de son ordinateur portable de papier adhésif est le signe que la sécurité des ordinateurs portables, et notamment des Macbook d’Apple n’est pas à aussi bonne que les fabricants d’ordinateurs le prétendent.

Car on le sait, les pirates sont capables de prendre le contrôle de la webcam et même d’écouter une conversation à distance en utilisant le micro d’un ordinateur. S’il existe des moyens de réduire les chances que sa machine soit piratée, les personnalités, patrons d’entreprises et ministres restent des cibles privilégiées pour les pirates informatiques.

zuck2

Si la démarche de Mark Zuckerberg peut paraître drôle et presque ridicule au premier regard, le patron de Facebook a pourtant de bonnes raisons de s’inquiéter. L’espionnage industriel fait désormais partie intégrante du quotidien des hauts-cadres, et le cofondateur de Facebook souhaite sans doute éviter que des oreilles indiscrètes aient accès à des conversations confidentielles… La liste des personnes susceptibles d’espionner Mark Zuckerberg est d’ailleurs probablement bien plus longue qu’on l’imagine, des régimes totalitaires aux organisations terroristes.