Après écrasé les champions du monde du jeu de GO, DeepMind, l’intelligence artificielle de Google, s’apprête aujourd’hui à se lancer un nouveau défi.

deep

Vous vous souvenez sans doute des résultats extraordinaires de DeepMind, l’intelligence artificielle de Google, au jeu de Go. Le logiciel développé par Google était parvenu à écraser certains des plus grands joueurs du jeu de go en direct devant les caméras du monde entier.

Visiblement, les ingénieurs de Google ne comptent pas s’arrêter en aussi bon chemin puisqu’ils enseignent actuellement au programme à comprendre les effets des cartes du jeu HearthStone. L’objectif – dans un premier temps -, n’est pas d’accéder au rang légendaire du jeu, mais bien d’apprendre au logiciel de parvenir à comprendre de manière autonome les effets des cartes sur base des données déjà enregistrées dans le jeu.

Comme l’explique les ingénieurs de Google, le défi est relativement corsé car le jeu de cartes de Blizzard intègre de nombreuses mécaniques de jeu et le logiciel de Google confond encore certains effets, comme ceux de la carte “Préparation”, qui réduit le coût d’un sort de 3 manas, et à laquelle l’intelligence artificielle attribue un gain d’attaque de +3. Des petites erreurs qui devraient rapidement être corrigées. A terme, les ingénieurs de Google estiment que leur I.A. devrait être capable d’analyser par elle-même les effets de chaque nouvelle carte ajoutée au jeu.

Sur le long terme, ceci devrait permettre à l’intelligence artificielle de concevoir une stratégie en se basant sur le nombre de cartes restant dans son deck et sur les probabilités de voir une carte du jeu piochée. Le jeu HearthStone se basant en grande partie sur le hasard, le défi semble beaucoup plus corsé que pour le jeu de go. Raison pour laquelle les ingénieurs de Google préfèrent éviter de se mouiller pour le moment. Car même si l’intelligence artificielle finissait par maîtriser les règles du jeu, deviner le jeu de l’adversaire – sur base des millions de combinaisons possibles -, représentera un défi très musclé pour l’intelligence artificielle, qui devra en plus composer avec les aléas de la pioche initiale et des cartes supplémentaires à chaque nouveau tour.