Selon nos confrères du site The Information, les relations entre Google et sa filiale Nest ne seraient pas vraiment au beau fixe. Le géant du Web, qui avait racheté Nest pour un montant astronomique de 3,2 milliards de dollars en 2014, regretterait aujourd’hui amèrement l’acquisition.

nest

A l’époque considérée comme une formidable opportunité pour Google, l’acquisition de Nest par le géant du web ressemble aujourd’hui à l’un des plus gros fiascos du groupe américain. D’une part parce que le CEO de Nest, Tony Fadell serait considéré par ses employés et par ceux de Google comme un véritable tyran. Lors de l’acquisition de Dropcam, en 2014, il aurait par exemple refusé de parler avec Greg Duffy, l’un des cofondateurs de la startup, estimant que celui-ci n’avait pas gagné le droit de lui adresser la parole. Il aurait ensuite forcé plus de la moitié des effectifs de Dropcam à quitter l’entreprise, en instaurant une atmosphère anxiogène. D’autre part parce que les relations entre Nest et Google ne seraient pas au beau fixe. La filiale du groupe ne collaborerait pratiquement pas avec la maison mère. C’est la raison pour laquelle Google aurait décidé de concevoir le rival de l’assistant Echo d’Amazon en interne plutôt que de confier le projet à sa filiale.

Enfin, viendrait la question financière. Non seulement, le portfolio de Nest n’a pratiquement pas évolué depuis 2014, mais en plus la filiale de Google générerait des revenus nettement inférieurs aux attentes du groupe.

Si une grosse partie du problème semble liée au PDG de l’entreprise, l’acquisition de Nest par Google serait loin d’être un succès pour le groupe américain, qui chercherait aujourd’hui à rentabiliser son achat. Heureusement, l’entreprise devrait prochainement lancer quatre nouveaux produits…