Une jeune fille de 12 ans poursuivie pour avoir posté un émoticône sur Instagram

Aux Etats-Unis, une jeune fille de 12 ans a été interrogée par la police après avoir posté un émoticône représentant une bombe sur Instagram.

Crédit photo : AFP
Crédit photo : AFP

Récemment, la police new-yorkaise a demandé à un jury composé d’experts si la combinaison d’une arme et d’un émoticône représentant un policier pouvait être assimilée à une menace. Amusante au premier regard, cette anecdote a le mérite de parfaitement illustrer l’intégration des émoticônes dans notre vocabulaire. Car comme tout langage, le langage émoticône peut être interprété de différentes manières. Et les réseaux sociaux étant considérés comme un espace public, mieux vaut éviter d’y poster tout et n’importe quoi…

Une jeune fille de 12 ans originaire de Fairfax, en Virginie, en a récemment fait les frais. Sur Instagram, elle avait posté, de rage, trois émoticônes représentant un couteau, un revolver et une bombe, en nommant publiquement l’établissement scolaire où elle résidait dans son message. A la surprise de ses parents, et de l’établissement scolaire qu’elle côtoyait, les autorités locales ont pris la menace très au sérieux. Auditionnée par la police, la jeune fille fait aujourd’hui l’objet de poursuites judiciaires et sera bientôt entendue devant un tribunal.

« C’est une gentille fille, elle n’a jamais eu de problème avant », explique sa mère, visiblement sous le choc de la décision des autorités. « Je ne pense pas qu’elle aurait dû être poursuivie pour ça. » De l’aveu même de la jeune fille, les émoticônes en question auraient été postés en réaction à un harcèlement régulier dans son établissement scolaire.

Aux Etats-Unis, utiliser des émoticônes décrivant un acte de violence peut donc conduire à des poursuites judiciaires. Si aucun antécédent n’existe en Belgique à l’heure actuelle, les experts s’accordent pour dire que le nombre de condamnations liées à la publication d’émoticônes sur les réseaux sociaux ne devrait qu’augmenter au fil des prochaines années.