Facebook et Google collectent de très grosses quantités de données des utilisateurs, qui servent à personnaliser un maximum l’expérience utilisateur mais aussi les publicités affichées sur le web. Ces données peuvent aussi parfois être exploitées par des tiers. Un développeur danois a tenu à illustrer tout cela en exploitant des données publiques du réseau social Facebook, en mettant à disposition des utilisateurs un logiciel permettant d’espionner les cycles de sommeil de leurs amis…

Crédit photo : AFP
Crédit photo : AFP

Selon le développeur en question, il est possible de connaître les cycles de sommeil de n’importe quel ami en se basant uniquement sur leurs activités sur le réseau social. En exploitant uniquement des données publiques, qui peuvent être exploitées par tous, le développeur danois a créé un logiciel qui permet de déduire les cycles de sommeil des membres du réseau social sur base de leur activité quotidienne.

Si le système n’est pas totalement infaillible, Soren Louv-Jansen affirme qu’il est en mesure de décrypter les cycles de sommeil de la majorité des membres du réseau social sur base de données de connexion recueillies auprès de Facebook et de l’application Messenger.

Comme l’explique le développeur, se connecter à Facebook est devenu une activité tellement essentielle que la plupart des mobinautes se connectent au réseau social dès leur réveil et juste avant de s’endormir.

« Je ne voulais pas espionner mes amis » explique le développeur danois, qui précise que son seul et unique but et d’éveiller les internautes aux dangers de réseaux sociaux comme Facebook qui permettent de récolter des données importantes sur les habitudes des utilisateurs, à partir de données publiques.

Dans une interview accordée au Washington Post, le développeur explique avoir été mis sous pression par Facebook pour supprimer son logiciel. Il indique cependant ne pas avoir cédé aux pressions de la firme américaine.

« Je veux que les gens sachent qu’ils laissent des traces partout où ils vont » conclut-il.

1 COMMENTAIRE

  1. Il faut être très prudent sur ​​la façon dont il / elle utilise Facebook . Nous ne sommes pas aussi informés que nous devrions être sur ce que nous ne devrions pas partager sur Facebook .

Comments are closed.