La photographie de portrait est sans aucun doute le type de photographie qui séduit le plus les photographes débutants. Réaliser une belle photo de portrait n’est pourtant pas un travail évident, même pour le plus expérimenté des photographes. Pour vous aider à débuter avec de bonnes bases, nous avons choisi de dresser un guide pratique du photographe débutant.

Crédit photo : AFP
Crédit photo : AFP

10 conseils pour réussir ses photos de portrait

Choisir le type de portrait que l’on souhaite réaliser

Avant de commencer à réaliser des photos de portrait, il est important de choisir le matériel approprié. Le choix d’une optique représente à lui seul la moitié du travail. Néanmoins, choisir une optique adaptée à ses besoins n’est pas forcément évident. Si l’on aurait tendance à orienter son choix vers un 50mm, de nombreux photographes professionnels estiment que la photo de portrait couvre un spectre beaucoup plus large. “Même avec un 35mm on peut faire un portrait” explique Maarten Goossens, NPS Manager chez Nikon Belux. Globalement, deux options s’offrent au photographe. Une optique “longue distance, comme le 105mm, qui permettra de se concentrer davantage sur les détails, ou une optique de 50 ou 85mm, qui donnera un angle beaucoup plus grand. “Dans le cadre d’un portrait journalistique, on utilise une optique plus large comme un 50mm, cela permet de placer la personne dans une situation et de montrer l’environnement qui l’entoure” explique Maarten Goossens. Avec un 105mm, le photographe pourra réaliser des photos plus artistiques, donnant un meilleur effet de flou en arrière plan. Un 35mm permettra de situer le sujet dans un contexte au sens large, au beau milieu d’une rue ou d’une salle de concert par exemple. “Il n’y a pas qu’un seul type de portait” nous confirme un photographe professionnel travaillant depuis des années dans le secteur. “Ce qui est important, c’est d’adapter son matériel à ses besoins.”

Communiquer avec le modèle de la photo

S’il est pris sur le vif, le portrait ne nécessite aucune communication entre le photographe et le modèle. En revanche, s’il s’agit d’un shooting, mieux vaut penser à créer une “connexion” avec son modèle, que vous le connaissiez ou non! “Pour des portraits naturels, le truc, c’est de parler avec le sujet de la photo, de le mettre à l’aise.” Idéalement, le faire rire, lui donner confiance, et lui permettre de voir les premiers clichés pour qu’il se rende compte de ce qu’il peut améliorer. “Ca permet de briser la glace.” Beaucoup de modèles ont également tendance à relever naturellement le menton. Dès lors, il est important de leur expliquer qu’il vaut mieux baisser un peu la tête, pour une attitude plus naturelle.

Rester en dehors de la zone de confort du sujet

“Chaque personne a une zone de confort qui s’étend tout autour de lui” explique Maarten Goossens. Cette zone, le photographe peut-être invité à y entrer, mais il est impératif de garder une certaine distance avec le sujet, sans quoi celui-ci peut rapidement se crisper. Dès lors, opter pour un téléobjectif ou un 105mm peut rendre la tâche beaucoup plus facile pour le photographe, qui ne dérangera pas le modèle dans sa sphère privée, et pourra tirer parti de cette distance pour oser des angles plus originaux…

Accentuer le flou artistique

L’un des éléments les plus importants à prendre en compte lors de la capture d’une photo de portrait, c’est l’arrière plan. Idéalement, celui-ci doit disparaître aux profits du sujet de la photo. Créer un flou artistique en jouant avec le champ de l’image est donc primordial. “L’avantage d’une optique fixe comme le 85mm ou le 105, c’est que même pour un amateur ce sera plus facile d’obtenir un portrait de ce type puisque ce type d’optique réduit automatiquement la profondeur du champ” précise Maarten Goossens. Certes, il est possible de retoucher les images après la capture, mais cela nécessite un travail titanesque et il est préférable d’opter pour la bonne optique dès le début.

Jouer avec la lumière

Le paramètre le plus important à prendre en compte lors de la capture d’une photo de portrait est sans nul doute la luminosité. Là encore, le choix d’une optique très lumineuse peut simplifier le travail, mais celles-ci coûtent souvent très chère. De préférence, il vaut donc mieux opter pour un cadre agréable et bien éclairé, dans l’encadrement d’une porte par exemple, ou près d’une fenêtre. En extérieur, il est préférable d’éviter la surexposition, comprenez par là le shooting durant le temps de midi, en plein soleil. Pour un résultat optimal, il vaut mieux opter pour un shooting un jour où le soleil est caché par une fine couche de nuages. Avec un ciel nuageux, la lumière sera très douce mais aussi beaucoup plus naturelle.

Oublier le flash

Pour les débutants, mieux vaut éviter d’utiliser un flash en intérieur comme en extérieur. D’une part parce que le micro-flash intégré au boitier est pratiquement inutile, d’autre part parce qu’utilisé maladroitement, le flash aura tendance à saturer la photo. Pour les professionnels, le flash cobra est la meilleure option, mais un apprentissage rigoureux est conseillé avant de passer à la pratique.

Faire la mise au point sur les yeux

Quand on regarde un visage, la première chose que l’on fixe, ce sont les yeux” explique Maarten Goossens. “Le premier contact, c’est systématiquement les yeux, même sur une photo. Et si l’on regarde une photo, et que les yeux sont flous, on a un gros problème.” Dès lors, il est impératif de faire la mise au point sur les yeux, et pas sur le nez, le front ou la bouche. Cela peut sembler être un détail, mais c’est un détail qui compte. Notons d’ailleurs qu’il est possible d’accentuer cette mise au point au post-traîtement, via un logiciel de retouche d’image.

Ne pas lésiner sur le nombre de photos

Lors d’un shooting, il est commun de réaliser 200 à 300 photos pour ne garder au final que 20 clichés. Garder son doigt sur le bouton de l’appareil photo sans changer l’angle de vue ou la posture ne sert à rien. Ce qui est important, c’est de multiplier les postures et de demander au modèle d’oser des regards et des poses différents. En utilisant le mode rafale, le photographe optimise aussi ses chances de capturer une meilleure photo du sujet, celui-ci se décrispant au fil de la session.

Soigner sa composition

Autre règle importante à respecter lors du shooting : il vaut mieux éviter de centrer à tout prix le sujet. Idéalement, le sujet sera sensiblement décalé à gauche ou à droite du centre de la photo. Le photographe professionnel vous dira également qu’il vaut mieux opter entre un très gros plan où le visage du sujet remplit la quasi-totalité de la photo ou un portrait plus éloigné, ne représente qu’1/3 ou 2/3 de la photo pour donner une dynamique au visuel.

Retoucher les photos selon ses attentes

Trois options s’offrent au photographe lors de la dernière ligne droite. Soit, il choisit de garder des photos très réalistes, qui mettent en avant la beauté naturelle du sujet, mais aussi ses défauts, soit il opte au contraire pour une photo hyper-retouchée, imitant les résultats que l’on peut obtenir lors d’un shooting mode, en supprimant les imperfections, réduisant le grain de la peau avec PhotoShop et Lightroom. “Mais cela donne un effet plastique” précise Maarten Goossens. Les ados adorent néanmoins ces photos hyper retouchées qui permettent de ne montrer que le positif… Enfin, il est également possible d’accentuer les défauts de la peau en passant par rapport au HDR et en augmentant le relief de la photo. On optera pour cette approche plutôt dans le cadre de photos artistiques ou de portraits lors de voyages dans des contrées reculées.

Les objectifs conseillés

Nikon – FX – Le choix de la rédaction

AF-S Micro Nikkor 105mm 1:2.8G

nikkor 105mm

Pour les appareils FX (Full-Frame), Nikon conseille aux amateurs souhaitant se distinguer dans le portrait d’opter soit pour un objectif de 85mm, soit pour un 105mm. Ce dernier, souvent assimilé à la maccro, permet de réaliser des portraits hyper-nets. Le dernier modèle “AF-S Micro Nikkor 105mm 1:2.8G” n’est certes pas donné (environ 800€ sur Amazon.fr!) mais est incontestablement un excellent choix pour les propriétaires de 600, D700 et D800. Non seulement parce qu’il embarque un système de réduction de vibration Nikon de nouvelle génération qui facilite considérablement la prise de vue à main levée, mais aussi parce qu’il minimise les aberrations chromatiques et que le nanocristal réduit considérablement les images parasites. Avec un tel objectif, le photographe se dote également d’une lentille qui s’adapte facilement à plusieurs types d’usages, de la photo de portrait au macro, en passant par la photo animale. “Le 85 est une bonne optique portrait mais on est un peu bloqué au niveau des possibilités” explique Maarten Goossens. “Une optique telle que le 105mm permet d’aller beaucoup plus loin et de porter l’attention sur des détails, comme le maquillage de son sujet par exemple.”

Nikon – DX – Le choix de la rédaction

Nikkor 50 mm f/1.8 D-AF

afs 50

Pour les appareils DX, comme le D5200 ou le D3200, mieux vaut opter pour une optique plus classique comme un objectif de 50mm. Néanmoins, vu le budget serré de ce type de photographe, mieux vaut opter pour un téléobjectif comme un 18-105, 18-140 ou un 18-200 pour maximiser la couverture et s’assurer d’avoir une optique qui couvre un large spectre. A moins d’opter pour une optique très bon marché, comme le “Nikkor 50 mm f/1.8 D-AF” qui se trouve désormais à moins de 130€ sur Internet. Certes, il faudra régler le focus manuellement, mais cette optique reste indétrônable au niveau du rapport qualité / prix!

Canon – FX – Le choix de la rédaction

Canon EF 24-70mm f/4L IS USM

canon1

Très polyvalent, cet objectif a le mérite de s’adapter à tous les types de situations et d’être d’une efficacité redoutable sur le terrain. Son mode macro permet d’agrandir jusqu’à 0,7x, l’autofocus est d’une rapidité extraordinaire pour saisir des images sur le vif, et les lentilles asphériques garantissent une qualité d’image extraordinaire. Selon Canon, il s’agit incontestablement du meilleur choix pour le photographe débutant doté d’un boitier Full-Frame.

Sony – Le choix de la rédaction

Sonnar T* FE 55 mm F1.8 ZA

sonyzeiss

Chez Sony, le choix s’est tout naturellement porté vers le “Sonnar T* FE 55 mm F1.8 ZA”, un 55mm aux performances extraordinaires qui s’est montré d’une efficacité redoutable sur le terrain durant nos tests. Avec son ouverture de F1.8, le Sonnar est idéal pour capturer des images hautement contrastées. Il met également parfaitement le sujet en avant en créant un flou d’arrière-plan absolument superbe. Très lumineuse, cette optique est également taillée sur mesure pour la photographie urbaine. On notera néanmoins que son tarif atteint tout de même les 1000€…