Le géant de l’informatique Microsoft a décidé de revoir ses conditions d’utilisation et de bannir tous les logiciels qui tentent de prendre le contrôle de votre navigateur en y intégrant une barre de recherche. Livrée avec certains logiciels d’Oracle, la barre de recherche « Ask », fait partie des logiciels désormais bannis de l’écosystème Windows.

ask

Combien de fois avez-vous remarqué qu’un logiciel s’était installé sur votre machine sans que vous ne l’autorisiez à venir squatter votre espace de travail ? Souvent intégrées à un autre logiciel que le propriétaire d’un ordinateur souhaite installer sur sa machine, les barres de recherche du type Ask.com ne sont pas forcément des malwares mais représentent pourtant bien des logiciels indésirables pour la majorité des utilisateurs. Contrairement à des moteurs de recherche comme Bing ou Google, elles mettent pratiquement uniquement en avant des résultats sponsorisés, sans forcément en informer l’utilisateur.

Livrée avec le logiciel Java, la barre de recherche Ask.com fait partie des barres de recherche les plus populaires sur PC et Mac. Microsoft, qui était jusqu’à présent resté très laxiste vis-à-vis de ces menaces, a finalement décidé d’interdire l’installation de logiciels de ce type, qui profitent de l’inattention de l’utilisateur pour envahir son espace de travail.

Désormais, tout programme qui tentera de modifier votre moteur de recherche par défaut ou les paramètres de votre navigateur sera considéré comme un malware. Une bonne nouvelle pour le consommateur, qui ne verra plus l’écran de son ordinateur envahi par les adwares.

Reste que la décision de Microsoft risque de fortement contrarier Oracle et les autres géants du tech qui supportent ces micrologiciels…