Microsoft inaugurait ce mercredi son premier centre de transparence européen dans la capitale européenne. Le groupe informatique espère de cette manière améliorer sa relation avec les pouvoirs publics en leur permettant d’analyser le code source d’un grand nombre de produits Microsoft.

© DR
© DR

Pour Alexander Decroo, ministre de l’Agenda Numérique, “les efforts consentis en vue de protéger nos libertés et nos acquis exigent une action commune des collectivités publiques et des entreprises qui développent la technologie et la mettent à leur disposition.” Une action que Microsoft compte bien concrétiser avec son Centre de Transparence européen, ouvert ce mercredi à Bruxelles.

Ouvert aux collectivités publiques, le nouveau centre de Bruxelles est le second centre de transparence au monde ouvert par Microsoft. Après Redmond, où se situe son quartier général, la firme américaine a choisi de poser ses bagages dans la capitale européenne pour permettre à la Commission européenne, aux états membres et aux collectivités publiques “d’analyser le code source d’un grand nombre de produits Microsoft dans un environnement sécurisé.”

Le groupe informatique souhaite également mettre son expertise en matière de sécurité au service de la communauté en partageant des informations sensibles sur des menaces et en mettant à disposition une documentation technique pointue sur les produits de Microsoft.