Microsoft vient de livrer le détail des 7 éditions différentes de Windows qui seront lancées durant l’été 2015, dans 190 pays et en 110 langues. Pour les particuliers commes les entreprises, le système d’exploitation sera décliné d’entrée en versions Home, Pro, Mobile, Enterprise, Mobile Enterprise, Education et IoT Core (pour les objets connectés).

win10

Pour la première fois, Windows 10 sera pendant un an offert comme une mise à jour gratuite pour les utilisateurs des deux versions antérieures, Windows 7 et Windows 8.1.

Un système adapté pour chaque appareil

Windows 10 Home s’adresse au grand public et sera disponible aussi bien sur PC que sur les tablettes et appareils hybrides. Cette version bénéficiera de toutes les nouveautés d’ores et déjà annoncées par Microsoft : intégration de la biométrie, nouveau menu “Démarrer”, assistant personnel virtuel Cortana, Windows Store remanié, nouvelles applications “Plans”, “Photos” et “Xbox”, navigateur Microsoft Edge, mode Continuum, Candy Crush, etc. Son pendant professionnel sera Windows 10 Pro, agrémenté de fonctionnalités spécialement pensées pour les petites entreprises.

De son côté, comme son nom l’indique, Windows 10 Mobile sera spécifiquement calibré pour les smartphones et les petites tablettes de moins de 8 pouces. Hormis l’interface, ses fonctionnalités devraient être exactement les mêmes que celles proposées par Windows 10 Home.

Des versions payantes très spécifiques

De leur côté, les entreprises pourront basculer vers Windows 10 Enterprise, une évolution obligatoirement payante. Déclinée de Windows 10 Pro, elle s’adresse à des organisations et sociétés moyennes et grandes. Windows 10 Mobile Enterprise sera bien évidemment son équivalent pour les smartphones.

Windows 10 Education sera quant à elle la déclinaison “scolaire” du système d’exploitation, à destination des étudiants et de leurs enseignants, sans plus de précisions pour l’instant.

Enfin, une toute nouvelle mouture, baptisée Windows 10 IoT Core, sera spécifiquement destinée aux appareils légers connectés.

AFP