Les Anonymous s’attaquent aux recruteurs de l’Etat islamique

Les Anonymous ont confirmé dans une vidéo publiée sur leur chaine Youtube avoir mis hors d’état de nuire plusieurs milliers de comptes Twitter et Facebook de djihadistes depuis le début de l’Opération Charlie Hebdo. Le groupe de hackers indique vouloir s’attaquer aujourd’hui aux recruteurs de l’Etat islamique.

© AFP
© AFP

Plus de 1.000 comptes Twitter et Facebook supprimés

En réaction à l’attaque des frères Kouachi, qui a fait 12 victimes et une dizaine de blessés mercredi à Paris, les Anonymous avaient lancé une riposte pour venger la mort des journalistes et policiers décédés dans l’opération. Baptisée “OpCharlieHebdo”, la campagne visait à la fois les sites de groupes terroristes et les comptes Twitter des membres de l’Etat islamique. Après quelques jours, le groupe de hackers publiait une liste de comptes Twitter de djihadistes présumés. Un mois plus tard, les Anonymous affirment avoir éradiqué plusieurs milliers de comptes Twitter et Facebook de djihadistes de l’Etat Islamique. Ils auraient également fait tomber plusieurs sites avec des attaques coordonnées.

Une opération qui pourrait interférer avec la justice

Très rapidement, les autorités judiciaires avaient indiqué que l’action des Anonymous pourrait interférer avec le travail des enquêteurs. « À partir du moment où l’on s’attaque à leurs réseaux où ils communiquent, on interfère dans le travail des enquêteurs. Ce n’est pas en mettant des sites hors service que l’on va régler quoi que ce soit » expliquait Olivier Laurelli, expert en sécurité informatique, peu après l’attaque de Charlie Hebdo.

Les Anonymous poursuivent l’opération

Si l’Opération Charlie Hebdo est déjà un succès, les Anonymous indiquent souhaiter poursuivre leurs opérations pour déstabiliser les réseaux de communication de l’Etat Islamique. Désormais, les hackers viseront prioritairement les adresses de messagerie de plusieurs recruteurs.

Qui sont-ils?

Tentaculaire, le mouvement regroupe plusieurs centaines de cellules locales, qui communiquent rarement entre elles, et qui choisissent leurs propres missions. Chaque internaute étant libre de se proclamer Anonymous et de créer sa propre cellule, on retrouve un large éventail de profils dans les rangs des Anonymous. Du père de famille adepte aux théories du complot au pirate qui se transforme en justicier le temps d’un week-end, les profils de ceux qui contribuent aux opérations des Anonymous sont plutôt variés. Et c’est justement ce qui fait toute sa richesse. En dépit de plusieurs arrestations, le mouvement poursuit ses activités grâce à ses membres, toujours plus nombreux, et très difficiles à identifier en raison de la structure même du groupe, qui fonctionne avec une myriade de satellites indépendants les uns des autres.

Le mode opératoire

Utilisant majoritairement des attaques DDoS, qui permettent de surcharger un site Internet avec des millions de requêtes, pour le rendre inaccessible durant une courte période de temps, les Anonymous utilisent des méthodes illégales qui ne causent néanmoins pas de graves dommages aux structures en ligne. Leurs activités ne s’arrêtent pas là puisqu’ils mettent également à disposition des internautes des outils pour contourner la censure – notamment durant le printemps Arabe – et livrent des listes de pédophiles et djihadistes présumés aux autorités. Plus récemment, ils ont utilisé les réseaux sociaux pour s’en prendre aux comptes de certaines cibles potentielles, comme les djihadistes de l’Etat Islamique.

La vidéo publiée ce lundi: