Si les smartphones, tablettes et ordinateurs portables ont envahi notre quotidien, leur prix souvent très élevé nous pousse à faire des économies en n’achetant qu’un seul appareil pour plusieurs membres de la famille. Une “fausse bonne idée”, selon les spécialistes de la sécurité informatique, qui tirent la sonnette d’alarme.

© AFP
© AFP

S’il est devenu difficile de vivre sans son propre téléphone portable, beaucoup de gens partagent encore leur tablette ou leur ordinateur portable avec des proches. Hors, selon une étude menée par Kaspersky Lab et B2B International, 32% des personnes qui partageraient leur ordinateur ou tablette avec des amis, collègues ou membres de la même famille, ne prendraient aucune mesure pour protéger leurs données personnelles.

Pourtant, comme l’explique Kaspersky, “plus nombreuses sont les personnes qui utilisent un appareil et plus grand est le risque que l’une d’entre elles fasse une erreur et tombe dans le piège de cybercriminels.” Partager son ordinateur ou sa tablette avec des amis, collègues ou membres de la famille présente bien des risques. D’une part parce que, si les données ne sont pas protégées, et qu’une seule session est utilisée, tous les utilisateurs du matériel informatique peuvent accéder aux données des autres, et les exposent également aux pirates, et d’autre part car les malwares peuvent facilement contaminer une machine et forcer une réinstallation complète du système.

Selon Kaspersky Lab, une personne sur trois partagerait son ordinateur, son smartphone ou sa tablette avec une autre personne. 28% le feraient généralement avec un autre adulte de la même famille, 5% avec un enfant, et 1% avec des collègues ou amis. Paradoxalement, seulement 33% des utilisateurs effectueraient des copies de sauvegarde de données importantes avant de donner un appareil à quelqu’un d’autre. 32% protègeraient des données avec un mot de passe et 22% essaieraient de ne pas stocker de données précieuses sur ce genre d’appareil. Si la sécurité informatique a fait des bonds de géant au fil des dernières années, les risques auxquels s’exposent les utilisateurs en partageant leur machine avec des proches restent importants. Plus que jamais, la méfiance est donc de rigueur.