Vendue sous la barre des 150 euros, l’Iconia Tab 8W est l’une des premières tablettes Windows à franchir le seuil des 150 euros. Son plus gros atout face à la myriade de tablettes sous Android disponibles sur le marché? Elle intègre un abonnement d’un an à Office 365.

© E.F.
© E.F.

Présentée à l’occasion de l’IFA en septembre dernier, l’Iconia Tab 8W est une déclinaison sous Windows 8.1 de l’Iconia Tab 8 qu’Acer avait introduite il y a de cela quelques mois. Proposée à un tarif particulièrement attractif (150 euros), elle justifie son prix de vente avec l’abonnement à Office 365 (pour une durée d’un an), qui permet à son propriétaire d’utiliser Powerpoint, Word et Excel sur sa machine, sans devoir acheter de licence supplémentaire. En plus d’être compatible avec Office, l’Iconia Tab 8W présente également l’énorme atout d’être compatible avec une large gamme de programmes Windows classiques, de VLC à Lightroom en passant par tous les outils classiques. Bien sûr, il ne faut pas s’attendre à une monstre de puissance à ce prix. Exit donc les jeux (en dehors du Xbox Store) ou les programmes nécessitant de trop grosses ressources. Vu la taille d’écran (8″), on évitera aussi d’utiliser cette petite tablette pour de la retouche de photos.

Idéale pour consulter des médias, grâce à son écran WXGA de bonne qualité, la Tab 8W est le parfait compromis entre une tablette pour le loisir et un outil de travail. Grâce à Office, et la compatibilité de la machine avec de nombreux accessoires Bluetooth, il vous sera possible de dactylographier rapidement un texte. En revanche, l’absence de port USB prive la Tab 8W d’une compatibilité avec tous les accessoires pour PC traditionnels comme les disques durs externes ou les souris. Un gros point négatif tout de même, même s’il est vrai qu’il est plutôt rare de trouver un écran de 8″ disposant d’un port USB.

Très fluide, l’interface permet de naviguer rapidement sur le Web. La machine fait tourner très correctement les programmes standards comme Office 365 ou les applications du Store, mais a tendance à chauffer un peu trop avec certains jeux du Store nécessitant de fortes ressources. C’est là qu’on sent les limites du processeur Intel Atom, cadencé à 1,83Ghz, certes, mais épaulé de seulement 1 Go de RAM. Des composants assez passe-partout puisqu’on retrouve globalement la même configuration sur des smartphones à 200 euros.

Au niveau de la mémoire, on retrouve 32 Go d’espace de stockage, auxquels viendront se joindre une carte microSD ou du stockage cloud, selon votre choix.

Enfin, au niveau de l’APN, Acer a tenu à satisfaire tous les types de clients en proposant à la fois une caméra frontale, de 2 mégapixels, idéale pour les conversations sur Skype, et un APN dorsal de 2 mégapixels également, qui vous permettra de réaliser des clichés de qualité, disons… correcte. Pour le prix.

© E.F.
© E.F.

Conclusion

Costaude, la petite tablette d’Acer sera largement suffisante pour surfer, parler sur Skype, regarder des films ou écouter de la musique. Elle se permet même le luxe d’offrir une alternative aux PC d’entrée de gamme grâce à son OS qui s’adapte facilement aux besoins de son propriétaire et à la présence de la suite bureautique Office, qui lui permet de se transformer en une véritable station de travail mobile. Elégante, avec son cerclage métallique, elle offre un rapport qualité / prix qui sera difficile à égaler dans l’entrée de gamme. Reste à présent à voir si le grand public trouvera réellement une utilité à Windows 8 sur un écran aussi petit, le système d’exploitation de Microsoft tirant justement toute sa richesse de sa compatibilité avec une vaste gamme de périphériques USB et de logiciels nécessitant de fortes ressources techniques. En réalité, la petite tablette d’Acer pourrait bien avoir trouvé un créneau auprès de ceux qui recherchent une machine polyvalente, et qui ne souhaitent pas forcément se couper totalement de Windows une fois paisiblement installés dans leur salon.