En rejoignant l’alliance LoRa, les deux opérateurs participent aux travaux de mise au point d’un langage de communication propre aux dispositifs connectés.

lora-alliance

Aux côtés des nombreuses variantes du Wi-Fi, du Bluetooth et des réseaux GSM, 3G et 4G, le LoRaWAN pourrait émerger comme un protocole pour le dialogue entre les objets, les machines (M2M), les capteurs des villes intelligentes et les applications industrielles. Très peu gourmand en énergie, ce protocole n’en reste pas moins capable d’établir des connexions sur des distances relativement longues, plus étendues qu’avec le Wi-Fi et bien moins consommatrices d’électricité.

Le LoRaWAN, s’il est largement adopté, laisse entrevoir des montres et tout un éventail d’appareils à porter dont l’autonomie deviendrait enfin confortable. Seul bémol: la liste des pionniers de cette nouvelle alliance technologie est particulièrement restreinte. Au niveau des opérateurs, Bouygues Telecom, KPN, SingTel, Proximus, Swisscom, et FastNet sont présents. Les équipementiers sont plus nombreux avec, notamment, Cisco et IBM. Mais la quasi totalité des grands noms de l’industrie sont absents: Qualcomm, Intel, NVidia, Vodafone, Orange, Telefonica, Deutsche Telekom, les opérateurs américains, chinois et japonais.