Facturée 399€, la Gear S est la première montre-téléphone de Samsung. Dotée d’un port SIM, elle permet de passer des coups de fil, envoyer des SMS et surfer sur le Web, sans devoir partager la connexion de son smartphone…

 © E.F.
© E.F.

Et si, au lieu de porter votre smartphone à la ceinture, vous l’accrochiez autour de votre poignet? Cette idée, Samsung y avait déjà songé en concevant sa première Galaxy Gear, une montre connectée sous Android qui permettait de répondre à des appels et d’envoyer des SMS, en se connectant en Bluetooth au smartphone de son propriétaire. La nouvelle Gear S du constructeur va beaucoup plus loin, puisqu’elle dispose cette fois d’un port SIM qui l’affranchit du smartphone.

Dans la pratique pourtant, il faudra bien utiliser un smartphone de la marque coréenne pour configurer sa montre, et télécharger éventuellement quelques nouvelles applications. Etrangement dépourvue d’un Store accessible depuis la montre, la Gear S dépend encore du smartphone pour le téléchargement de nouvelles applications. Un gros point négatif quand on sait que tout l’intérêt de la Gear S vient justement du fait qu’elle dispose d’un port SIM. Heureusement, en dehors de la configuration initiale, et du téléchargement de nouvelles applications, le smartphone vous sera totalement inutile pour ce qui est de l’utilisation au quotidien.

On s’étonnera également du fait que Samsung n’ait pas trouvé de partenaire du côté des opérateurs pour proposer une offre conjointe permettant aux acheteurs de la Gear S d’utiliser la même carte SIM sur leur smartphone et leur smartwatch. Dans la pratique, cela signifie que si vous souhaitez utiliser votre Gear S comme un smartphone, il vous faudra soit abandonner votre smartphone et glisser votre ancienne carte SIM dans votre monde, soit obtenir un second numéro de téléphone avec une seconde carte SIM.

Un écran splendide

Dotée d’un joli écran incurvé de 2″, nettement plus grand que celui qui équipait la Gear 2, la Gear S se fixe facilement au poignet et reste très agréable à porter. Son écran Super Amoled (360×480) est sans aucun doute son plus bel atout. Magnifique au poignet, la montre dévoile tout son potentiel une fois l’écran allumé, avec une très haute densité de pixels et une forte luminosité, qui vous permettra de l’utiliser même en plein soleil.

 © E.F.
© E.F.

Comme la plupart des montres connectées, la Gear S n’est pas allumée en permanence. Son écran reste en veille la plupart du temps et ne s’allume que lorsque vous relevez votre poignet pour consulter l’heure, que vous recevez une notification ou un appel, ou appuyez sur le bouton “Home”. Personnalisable, elle propose par défaut une horloge au design élégant qui peut néanmoins être remplacé par d’autres “watchfaces” récupérables sur le magasin d’applications.

Un smartphone à votre poignet

Très simple à utiliser, la montre adopte une navigation entièrement tactile. Un simple geste du doigt, du bas vers le haut de l’écran, permet d’accéder aux applications disponibles. Comme un smartphone, la Gear S permet d’accéder à ses contacts, SMS, emails et même de passer des coups de fil. L’écran est certes assez petit pour consulter ses SMS et emails, mais on finit très vite par s’y faire, et le petit clavier numérique remplit plutôt bien son rôle.

Plus intéressant, la Gear S permet également d’accéder à sn agenda, son lecteur MP3, aux dernières infos, aux prévisions météorologiques, de créer des alarmes, de consulter ses photos et même de poser des questions à sa montre en utilisant S Voice, l’assistant virtuel de Samsung. Des fonctionnalités avancées, qu’on retrouvait déjà sur la Gear 2 mais qui prennent désormais tout leur sens. Avec la Gear S, Samsung va néanmoins beaucoup plus loin en proposant une gamme complète d’applications dédiées comme le navigateur Opera, qui permet de surfer en toute facilité, l’application Nike+ pour les sportifs, S Health et ses statistiques très pointues sur vos déplacements quotidiens, le nombre de calories brûlées, ou encore le GPS à guidage vocal HERE de Nokia.

Tout cela est-il néanmoins suffisant pour vous faire tirer un trait sur votre smartphone et le remplacer par ce produit hybride au concept révolutionnaire? Dans la pratique, on s’aperçoit très vite que si Samsung a fait un pas de géant vers une véritable montre autonome, il reste encore quelques points à améliorer. Outre le magasin d’applications, qui devrait être accessible depuis la montre, on pointera du doigt des fonctionnalités encore très limitées et un magasin d’applications encore assez vide qui contraindra les acheteurs de Gear S à continuer à utiliser leur smartphone pour rester en contact avec leurs amis sur les réseaux sociaux, jouer ou tout simplement jouir de tous les bienfaits d’un écran plus large. En revanche, la Gear S semble pour l’instant le compromis idéal si vous avez pris l’habitude d’aller courir sans votre smartphone ou de partir en week-end en famille en n’emmenant que le strict minimum…

 © E.F.
© E.F.

Compatible 3G, la montre de Samsung reste en tous les cas une jolie innovation, et un très joli accessoire de mode, qui saura séduire la gente féminine avec ses courbes gracieuses et son cadran métallique. Malheureusement, la montre de Samsung n’est pas non plus totalement irréprochable puisqu’elle ne dispose pas exemple pas d’appareil photo intégré, contrairement à son ainée, la Gear 2, et n’offre qu’une autonomie très limitée (1 ou 2 journées avec une seule charge). On apprécie en revanche son nouveau chargeur mobile qui permet de recharger sa montre où que l’on se trouve sans devoir impérativement avoir une prise de courant sous la main (le chargeur embarquant une batterie de secours).

 © E.F.
© E.F.

Conclusion

Elégante et très agréable à porter au poignet, la Gear S de Samsung est une franche réussite sur le plan visuel. Première montre-téléphone, elle s’émancipe du port obligatoire du smartphone pour permettre à son propriétaire de voyager léger. Si on apprécie les nombreuses possibilités offertes par les applications préinstallées sur la montre (GPS avec guidage vocal, application sportive, navigateur, assistant vocal), on regrette en revanche les faiblesses du Store dédié qui compte encore beaucoup de grands absents et les difficultés à rédiger un message ou un email avec le clavier virtuel. Révolutionnaire dans son concept, la montre-téléphone de Samsung demeure un produit qui réjouira les technophiles et qui renferme un très gros potentiel.

3 Commentaires

  1. Vraiment déçu de la casse de l’ergot à l’arrière de la montre, qui permet l’accroche du chargeur.
    La manipulation du chargeur n’est pas aisé en effet on a tout bonnement l’impression de forcer en le retirant ! Un comble pour le designer de cette montre qui doit normalement s’assurer que l’utilisation est facile et naturelle !!!!
    Après 6 mois d’utilisation l’ergot est cassé je ne suis visiblement pas le seul mais Samsung prétant le contraire, je suis grandement déçu du comportement du SAV qui éstime que c’est de la casse!!!

    Alors un conseil pour ne pas casser votre Gear S cessez de la recharger et tout ira bien.
    Je rêve! Dommage la montre est vraiment super agréable et pratique au quotidien mais le chargeur reste un point noir à revoir.
    400 € pour 6 mois

    Sic j’ai les boules

Comments are closed.