Marchant sur les traces de Huawei et de son P7, le fabricant taïwanais HTC nous livre aujourd’hui son Desire Eye, un smartphone au design très moderne qui s’adresse principalement aux amateurs de selfies.

© E.F.
© E.F.


Un smartphone pour les accros aux selfies

Doté d’un capteur frontal de 13 mégapixels qui fonctionne de paire avec un flash dual-LED, le Desire Eye est vendu par HTC comme le smartphone idéal pour les amateurs d’autoportraits. Mais qu’en est-il réellement l’appareil en main? Nous avons testé le capteur frontal du Desire Eye dans plusieurs environnements, histoire de voir ce qu’il avait dans le ventre. Si, globalement, le résultat est nettement supérieur à ce qu’on retrouve sur la majorité des smartphones, notamment grâce au capteur de 13 mégapixels et les caractéristiques du capteur frontal (f/2.2, longueur de focale de 22mm), il faut bien reconnaître que la différence n’est pas aussi marquante qu’on l’eut espéré, la faute sans doute à un manque de finition au niveau logiciel.

De jour, et en extérieur, le capteur frontal a par exemple tendance à gérer assez maladroitement la lumière, ce qui a pour effet de rendre le ciel excessivement blanchâtre. En utilisant la fonction HDR, il est possible de corriger le problème, sans pour autant faire de miracles. En intérieur, le capteur s’en sort beaucoup mieux tout en laissant apparaître un peu de bruit lorsque la lumière se fait timide. Le plus souvent, c’est l’autofocus qui peine à faire les bons choix, ce qui a pour effet de créer des photos floues ou de qualité moyenne. Le résultat est encore plus décevant avec le flash dual-LED de l’appareil, qui a tendance à rendre tous les clichés de nuit jaunâtres. Mieux vaut donc penser à désactiver le flash LED et apprendre à dominer les quelques faiblesses de l’autofocus si vous souhaitez tirer le meilleur du Desire Eye.

On notera tout de même que si l’APN frontal du smartphone déçoit, par rapport aux promesses du fabricant, il s’en tire néanmoins nettement mieux que le capteur frontal du P7 de Huawei dans des environnements peu éclairés. Pour peu que vous trouviez une source lumineuse à proximité, vous serez en mesure de faire de très jolies selfies que ce soit en boite de nuit, dans la rue ou chez des amis. De jour, et pour peu que vous ne soyez pas en plein soleil, le capteur du Desire Eye surpasse également celui du P7 et permet de prendre des autoportraits d’une qualité exceptionnelle. Pour optimiser ses chances de réussir ses clichés, il faut néanmoins activer le mode HDR, et jouer une fois encore avec l’orientation du capteur. Au final, il est tout de même regrettable que l’autofocus et le flash dual-LED du Desire Eye ne soient as à la hauteur car le smartphone de HTC fait incontestablement partie des meilleurs appareils pour exercer l’art de la selfie.

Plus banal, le capteur dorsal (de 13 mégapixels lui aussi), s’en sort correctement, sans briller, aussi bien en photo qu’en vidéo.

© E.F.
© E.F.

Un design qui séduira les jeunes

Selfie oblige, c’est bien sûr un public très jeune que HTC vise avec son Desire Eye. Fin et léger, le smartphone dispose d’un joli écran de 5,2″, allongé, qui rappelle celui de l’iPhone 5s. Du côté du design, HTC innove avec un boitier en polycarbonate qui affiche deux couleurs différentes sur la tranche et sur l’arrière. Un choix audacieux, pas forcément élégant, mais suffisamment original pour attirer le regard.

D’ailleurs, HTC a fait en sorte que son nouveau produit reste “branché”. On retrouve ainsi quelques fonctionnalités héritées des derniers modèles à la mode, avec notamment un résistance à l’eau et aux liquides (jusqu’à 1 mètre de profondeur, durant 30 minutes), le fameux mode HDR, la possibilité de commander la prise de photos par la voix ou par le geste, l’interface BlinkFeed typique aux smartphones HTC, qui permet d’afficher les dernières infos du Web et des réseaux sociaux sur son écran d’accueil, et un nombre incalculable de petites fonctionnalités fort sympathiques dédiées à l’APN du smartphone.

Un tarif qui risque d’effrayer le consommateur

Côté performances, le Desire Eye s’en sort également plutôt bien, sans vraiment surprendre. On notera ainsi qu’HTC s’est contenté de seulement 16 Go de mémoire (extensible par microSD) et n’a pas vraiment fait l’effort de surprendre avec une caractéristique qui lui permettrait de sortir des sentiers battus. En revanche, le constructeur a opté pour un écran Full HD (1920×1080) qui offre une excellente luminosité et est idéal pour jouer, regarder des films ou surfer. Le processeur, un SnapDragon 801, est supporté par 2 Go de RAM. Une configuration “standard” qui permet de surfer avec une fluidité exceptionnelle et de jouer à tous les titres du Google Play. Les haut-parleurs BoomSound, la compatibilité avec le réseau 4G et le support des étuis Dot View du fabricant offrent également une certaine plus-value au smartphone de HTC, qui s’impose finalement comme une très bonne alternative aux smartphones traditionnels pour les amateurs de selfies. L’ennui, c’est que malgré ses caractéristiques et son capteur frontal qui permet de prendre de jolies selfies, le HTC Desire Eye souffre de quelques petits défauts rédhibitoires (batterie un peu limite, 16 Go de mémoire, petits soucis d’autofocus) qui justiient difficilement un tarif qui paraîtra sans doute un peu trop élevé pour un smartphone “milieu de gamme”.

© E.F.
© E.F.

Conclusion

Agréable à prendre en mains et à utiliser, le Desire Eye séduira très probablement les ados avec son design coloré et son capteur frontal idéal pour réaliser des autoportraits de haute qualité. Néanmoins, son tarif plutôt élevé (499 euros) et les quelques faiblesses logicielles de l’APN embarqué (un autofocus qui a du mal, le dual-LED qui gâche les photos) ont tendance à nous faire émettre quelques réserves sur les qualités du smartphone. S’il est possible de contourner les quelques petits défauts de l’appareil en activant notamment le mode HDR et en prenant la peine de choisir le bon angle de prise de vue, on regrettera tout de même que le Desire Eye ne tienne pas toutes ses promesses. A défaut d’être irréprochable en photographie, le Desire Eye reste néanmoins une valeur sûre pour les accros aux selfies, à condition bien sûr de faire preuve d’un peu de patience…