La légendaire entreprise italienne, célèbre pour son partenariat avec Ferrari, se tourne aujourd’hui vers les drones avec le Sky Rider.

skyrider

En plus de l’excellente manoeuvrabilité, de la caméra intégrée, et de la fonction géolocalisation attendues d’un drone haut-de-gamme, le Sky Rider se distingue également au niveau de l’attention apportée au détail.

Pininfarina affirme que la version finie de l’appareil possède une identité visuelle unique. Sa forme parfaitement aérodynamique minimise le frottement grâce à ses lignes pures et élégantes.

Et, bien-sûr, c’est le seul drone au monde à porter l’emblème Pininfarina, le même qui orne les nouvelles Ferraris : le Sky Rider est le premier drone “de marque” du monde.

En dehors des voitures, l’entreprise est aussi connue pour son travail dans l’aviation. “L’air a toujours fait partie de l’ADN de Pininfarina, que ce soit au niveau du travail d’innovation sur la forme des voitures, de l’héritage de l’aérodynamisme intuitif des années 1930 et 1950. Ou même de l’élaboration en Italie de la première soufflerie à l’échelle 1:1 au début des années 1970. Récemment, Pininfarina Extra s’est aussi intéressé à l’aviation civile, à la fois dans le secteur commercial et dans le secteur privé”, déclare Paolo Pininfarina, président du groupe Pininfarina.

Pour ce projet, l’entreprise a collaboré avec la célèbre maison d’édition italienne, De Agostini Publishing, spécialisée dans les fascicules. Et c’est sous cette forme que le drone à monter soi-même sera vendu. Au nombre de 55, ces fascicules contiendront les pièces détachées à acquérir numéro après numéro.

Si le prix du drone achevé pourrait atteindre un total de 1500 euros, cela reste de loin la manière la moins chère de posséder un produit Pininfarina. En comparaison, la Ferrari California T est actuellement, à 186.723 euros, la voiture la plus abordable de la gamme conçue par Pininfarina pour Ferrari.

AFP