Première smartwatch à intégrer Android Wear, le système d’exploitation mobile de Google, la G Watch du fabricant coréen LG était attendue au tournant par toute une communauté de geeks. L’OS de Google lui permet-elle de prendre une longueur d’avance sur la concurrence et de s’imposer comme le nouvel accessoire indispensable à tous les possesseurs de smartphone Android? C’est ce que nous avons tenté de découvrir en testant l’accessoire…

Tout comme la montre Pebble, la G Watch permet à l'utilisateur de personnaliser l'horloge numérique - © E.F.
Tout comme la montre Pebble, la G Watch permet à l’utilisateur de personnaliser l’horloge numérique – © E.F.

15 jours. C’est le temps qu’il nous aura fallu pour nous faire un avis sur cette première version d’Android Wear, déclinaison “light” de l’OS mobile de Google, dont nous vous reparlerons très prochainement sur Geeko.

Au lancement, les acheteurs avaient le choix entre deux modèles différents de montres, la fameuse G Watch de LG, et une déclinaison Android Wear de la fameuse Gear 2 de Samsung. Globalement, les deux modèles se distinguent uniquement dans leur forme, puisqu’elles intègrent toutes les deux le même système d’exploitation, et surtout, affichent des caractéristiques très proches. Compte tenu que Samsung avait déjà lancé un modèle sous Tizen de sa smartwatch, nous avons choisi de nous pencher tout d’abord sur la montre de LG.

L'épaisseur de la G Watch est l'un de ses petits défauts -  © E.F.
L’épaisseur de la G Watch est l’un de ses petits défauts – © E.F.

Une déception, sur le plan visuel

Le premier contact avec la smartwatch de LG laisse un goût plutôt amer en bouche. Très loin du design élégant de la Moto 360, la G Watch adopte un design de smartwatch standard, finalement très proche de ce qu’on avait pu voir chez Sony, avec les Smartwatch 1&2, avec un cadran presque carré, un bracelet caoutchouteux pas très élégant, un écran OLED plutôt joli, mais à l’autonomie très limitée (une journée en moyenne), et surtout, un corps un peu trop massif, surtout au niveau de l’épaisseur.

Un bon point cependant, contrairement à la Gear 2 de Samsung, la G Watch se recharge très facilement puisqu’il suffit de la poser sur un petit socle sans connecteur. Le chargement de la montre est plutôt rapide puisque quelques dizaines de minutes seulement suffisent à la recharger intégralement. En revanche, l’autonomie constatée est consternante. Alors que la plupart des montres connectes tiennent plus de 48 heures, la G Watch peine à dépasser la journée avec une charge complète… Pire encore, lorsque l’heure reste affichée en permanence, l’autonomie de la montre plonge à quelques heures seulement.

Pour recharger la montre, il suffit de la poser sur son socle. -  © E.F.
Pour recharger la montre, il suffit de la poser sur son socle. – © E.F.

L’expérience tactile au coeur de la navigation

Autre bon point pour la monte de LG : elle ne dispose d’aucun bouton physique. Comme les smartphones Nokia, la smartwatch sort du mode veille d’un simple tapotement sur l’écran tactile, et l’utilisateur peut ensuite accéder à toutes les fonctionnalités en utilisant une série de gestes à mémoriser. Par défaut, l’interface de la montre n’est pas très jolie, mais il est possible de personnaliser l’horloge numérique en choisissant parmi toute une série de watchfaces. L’intérêt est somme toute plutôt relatif, par rapport à la Pebble, qui offre un large catalogue de watchfaces, mais le rendu, grâce aux couleurs, est beaucoup plus joli que sur la montre de la start-up américaine.

Globalement, l’interface de la montre est très fluide. Il faut dire que la G Watch embarque un processeur Qualcomm Snapdragon 400 à deux cœurs cadencés à 1,2 GHz et 512 Mo de RAM, ce qui lui donne une puissance en théorie égale à beaucoup de smartphones d’entrée de gamme. On navigue avec une aisance impressionnante dans les menus, et les quelques applis disponibles sur le Store sont globalement très agréables à utiliser sur le petit écran du terminal. On remarquera cependant que compte tenu de la taille de cet écran, leur intérêt reste somme toute relatif. Vous pourrez par exemple consulter vos statistiques de course sur Runtastic et Runkeeper, consulter les dernières notifications Facebook, ou accéder aux derniers messages reçus sur WhatsApp, mais ne serez ni en mesure de consulter l’intégralité du réseau social sur votre smartwatch, ni capable d’accéder aux fonctionnalités complètes de toutes ces applis sur votre montre. La plupart du temps, la G Watch se contentera donc de partager des notifications sur le petit écran de la montre, et de proposer d’ouvrir l’appli concernée sur le smartphone. De la même manière, sachez que contrairement à la Gear 2 de Samsung, la G Watch ne permet pas de répondre à un appel sans sortir le smartphone de sa poche.

En revanche, la reconnaissance vocale introduite par Google est d’une efficacité redoutable. En prononçant les mots “OK Google”, suivi de la question de son choix, l’utilisateur obtiendra une réponse la plupart du temps précise à toutes les questions qui pourraient lui passer par la tête, du vrai nom de Napoléon, au temps qu’il fait à Moscou, en passant par l’aéroport le plus proche. Un vrai régal à utiliser.

L'horloge numérique de la montre est personnalisable avec un éventail de watchfaces -  © E.F.
L’horloge numérique de la montre est personnalisable avec un éventail de watchfaces – © E.F.

Un prix plutôt acceptable

Dans le fond comme dans la forme, la montre de LG n’est donc pas une franche réussite. En revanche, elle a le mérite d’être proposée à un prix plutôt acceptable compte tenu des spécificités de la bête (écran OLED, processeur surpuissant, montre waterproof) et du fait qu’il s’agit de l’une des premières montres Android Wear à débarquer sur le marché.

Android Wear intègre tous les services de Google Now. -  © E.F.
Android Wear intègre tous les services de Google Now. – © E.F.

Conclusion

Plutôt décevante sur le plan visuel, la montre de LG a pour principal atout d’être la première smartwatch à exploiter l’OS mobile de Google. Vendue à un prix plutôt compétitif (199 euros), elle pourrait même trouver son public auprès des early adopters, des geeks et des quelques curieux qui souhaitent voir le potentiel d’Android sur les montres connectées. Dans la pratique cependant, la montre de LG souffre de nombreux petits défauts qui rendent son utilisation au quotidien parfois assez pénible, à commencer par son autonomie très limitée (1 journée). Comme tout gadget proposé au lancement d’un nouvel OS, elle montrera sans doute toute sa richesse au fil des mises à jour.

La montre G Watch de LG est vendue au prix de 187,49€ sur le site de MobileFun : http://www.mobilefun.fr/34318/par-type/smartwatches.htm

2 Commentaires

Comments are closed.