La dernière version d’Android interdit aux applications l’écriture de données en dehors de leur répertoire automatiquement déterminé. La nouveauté est autant saluée que décriée.

filemanagers
Des milliers de logiciels qui vont devenir progressivement inutiles

Avec KitKat, de nouvelles mesures ont été prises concernant le stockage des fichiers sur les appareils disposant d’un disque dur interne et d’une possibilité d’extension par cartes SD. S’il était, jusqu’à présent, possible de manipuler à souhait les dossiers et données présents sur ce type d’accessoire, les développeurs devront se cantonner à un seul répertoire dont le nom correspond à l’identifiant unique de leur application.

Deux camps s’affrontent à ce sujet. Le premier estime qu’il s’agit d’une restriction tout à fait logique, sécuritaire et propre. En cas de désinstallation, la plateforme peut aisément nettoyer l’espace auparavant occupé. Qui plus est, plus aucun logiciel ne pourra supprimer inopportunément des données créées ailleurs. Le second, lui, déclare que les cartes externes deviennent, de la sorte, inutiles. L’argument vient régulièrement d’éditeurs de gestionnaires de fichiers dont l’objectif est de récupérer des données sur un disque dur d’un réseau local pour les importer vers le smartphone. Enfin, certains soulignent que la mesure complique le travail sur un même fichier depuis plusieurs applications.

En réalité, pour le commun des mortels, la décision de Google est tout à fait bénéfique puisqu’elle permet une gestion saine de la carte mémoire externe. Cependant, les plus technophiles devront trouver de nouvelles astuces pour gérer l’échange de fichiers. Il suffira toutefois de brancher le smartphone à un ordinateur pour aisément copier des données. Les éditeurs, eux, ont encore le temps pour contrer cette nouvelle restriction puisque KitKat ne tourne que sur 2% du marché Android.

On en parle sur le forum