Nintendo se reconvertira-t-il dans le mobile ?

Avec une perte faramineuse de 335 millions de dollars, Nintendo ne peut plus se permettre d’ignorer l’énorme impact de l’écosystème mobile sur ses activités. Aux dernières nouvelles, le géant japonais étudierait la possibilité de se reconvertir dans le développement d’applications pour smartphones et tablettes…

© AFP
© AFP

La Wii U sera-t-elle la dernière console de salon de Nintendo ? Le géant japonais du jeu vidéo, qui comptait sur la Wii U et la 2DS pour faire grimper son chiffre d’affaires, a eu la désagréable surprise de voir ses prévisions s’effondrer pour l’année 2013. L’entreprise, qui prévoyait un bénéfice de 950 millions de dollars, devra finalement composer avec une perte sèche de 335 millions de dollars.

Principale raison de cette erreur de calcul, le désintérêt du consommateur pour sa nouvelle console de salon, la Wii U, dont la demande serait 70% inférieure aux estimations du géant.

L’entreprise japonaise, qui s’était toujours refusée à développer des jeux pour smartphones et tablettes, reconnait aujourd’hui « étudier la question ».

Selon de nombreux analystes, Nintendo ne peut plus se permettre d’ignorer le marché du mobile. Le géant japonais se doit de diversifier ses activités, et surtout, de redonner le goût du jeu « made in Japan » aux plus jeunes, qui préfèrent aujourd’hui Angry Birds ou Plants vs Zombies à Mario ou Zelda.

Chez Nintendo, le discours reste le même. Depuis des années maintenant, l’entreprise nipponne observe l’essor des appareils tactiles. Une tendance qui porte préjudice au marché des consoles et qui pourrait précipiter la chute de Big N. La plus grande crainte du géant japonais étant bien sûr de contribuer à son propre effondrement en supportant celui qu’elle considère aujourd’hui comme son principal rival.

Avec des franchises comme Pokémon, Mario ou Zelda, l’entreprise japonaise n’a pourtant que l’embarras du choix. Néanmoins, les experts soulignent l’importance de calculer ses efforts. Car si Nintendo doit impérativement reconquérir son public en portant ses principales franchises sur smartphones et tablettes, le géant ne doit pas faire de l’ombre à ses propres consoles. L’objectif est donc de porter les franchises en misant sur des produits complémentaires, des spin-offs qui pousseraient le consommateur à s’intéresser aux jeux existant déjà sur Wii U et 3DS.

Une approche qui permettra peut-être à l’entreprise d’éviter une débâcle à l’image de son ex-rival SEGA, devenu aujourd’hui un acteur mineur de l’industrie vidéoludique.

On en parle sur le forum.