SnapChat estime valoir plus de 4 milliards de dollars

Interrogé au sujet de l’offre de rachat de Facebook de 3 milliards de dollars, Evan Spiegel, le CEO de SnapChat aurait déclaré ne pas souhaiter revendre sa startup avant d’avoir entamé la monétisation de son application mobile. Il estimerait à plus de 4 milliards de dollars la valeur de SnapChat à l’heure actuelle.

snapchat

Evan Spiegel est bien décidé à ne pas reproduire les mêmes erreurs que les fondateurs d’Instagram. Le CEO de SnapChat se dit prêt à décliner n’importe quelle offre de rachat pour la simple et bonne raison que SnapChat tient un concept unique qui peut rapporter gros. Selon lui, son entreprise pourrait décrocher le jackpot dès le début de la monétisation de son application, qui compte un peu plus de 100 millions d’utilisateurs actifs à ce jour. Et ce pour la simple et bonne raison que l’application oblige l’utilisateur à presser son doigt contre l’écran pour visualiser une photo qui lui est envoyée. Un concept qui permet à SnapChat de capter l’attention de l’utilisateur sur l’écran et qui donne donc une réelle plus-value au message publicitaire, qui pourrait s’afficher par exemple juste avant la photo ou par intermittence.

Très populaire auprès des ados, la messagerie est parvenue à se faire une place au soleil en misant sur le partage de photos pour une durée limitée dans le temps. L’utilisateur peut en effet choisir combien de secondes la photo qu’il partage avec son correspondant peut rester affichée sur son écran, avant de s’autodétruire automatiquement…

Le concept unique et hautement addictif de SnapChat n’aurait pas échappé à l’attention des agences de communication et des spécialistes de la publicité, qui en font déjà l’éloge.

D’après plusieurs sources, SnapChat aurait refusé l’offre de rachat de 3 milliards de dollars de Facebook, mais également une seconde proposition de près de 4 milliards de dollars…

On en parle sur le forum.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.