Le Public Health England publie aujourd’hui une enquête sur le lien entre malêtre des jeunes et surexposition aux écrans. Selon cette étude anglaise, les enfants qui regardent longtemps la télévision ou jouent beaucoup aux jeux vidéos auraient plus tendance à devenir dépressifs.

© DR

Les écrans rendent les enfants dépressifs. C’est en tout cas ce que rapporte le Public Health England, relayé par le quotidien britannique The Independant. Le PHE tire la sonnette d’alarme : les enfants anglais passent trop de temps devant les écrans en tout genre. Selon cette étude (menée sur 42 000 personnes âgées entre 8 et 15 ans), 62% des enfants de onze ans, 71% des enfants de treize ans et 68% des enfants de quinze ans passent plus de deux heures par jour le week-end devant la télévision. De plus, la proportion de jeunes jouant sur l’ordinateur plus de deux heures un soir de semaine est passé, de 2006 à 2010, de 42 à 55% chez les garçons, de 14 à 20% chez les filles.

Or, les pré-adolescents exposés de façon “excessive” à la télévision ou aux jeux vidéo (plus de quatre heures par jour) limiteraient leurs interactions sociales et leurs activités sportives, ce qui les rendrait plus anxieux et enclins à devenir dépressifs. Le professeur Kevin Fenton, directeur de la section santé et bienêtre du PHE, affirme : “Plus le temps passé devant un écran est important, plus l’impact sur les problèmes comportementaux et émotionnels liés au développement des enfants sera important” et “chaque heure de visionnage en plus augmente les risques que les enfants expérimentent des problèmes socio-émotionnels et une basse estime d’eux-mêmes”.

Cette théorie, qui peut sembler évidente pour certains parents, est réfutée par l’industrie de la télévision. Lindsey Clay, directeur du management de la compagnie Thinkbox, que certaines émissions destinées aux enfants ou aux familles, conçues de façon pédagogique, leur sont bénéfiques. Elle cite notamment les programmes de vulgarisation scientifique, les documentaires et les séries pédagogiques comme Dora l’exploratrice, qui leur plaisent tout en les éduquant. Pour elle, regarder la télévision ne signifie pas forcément un mode de vie malsain.

Par ailleurs, si les enfants qui passent beaucoup de temps devant les écrans sont mal dans leur peau, cela ne signifie pas forcément que ce sont les écrans qui les rendent malheureux et asociaux. Il se pourrait en effet que les liens de causalité soient inversés, et qu’ils se tournent vers les jeux d’ordinateur et la télévision justement car ils ne sont pas à l’aise en société, et que cette surexposition ne soit qu’un symptôme et non la cause de leurs problèmes.

Réagissez sur le forum.

Diane Berger (St.)