Jelly Bean 4.1 et 4.2 équipent environ 38% du parc Android actif. A l’aube de la 4.3, la transition s’accélère mais, sans surprise, la fragmentation persiste.

android-201307
Jelly Bean commence à prendre du poids !

Les statistiques mensuelles d’utilisation de la plateforme mobile de Google sortent et se ressemblent. Ce qui implique évidemment un commentaire identique et un constat simple: l’effritement de Gingerbread (34,1% / -1,6) et de Ice Cream Sandwich (23,3% / -2,3) est soutenu mais ne laisse envisager un abandon du support applicatif pour les éditeurs grand public que vers la fin de 2014. Sur les six premiers mois de l’année, Android 2.3 n’a perdu que 13 points.

La progression des deux itérations majeures de Jelly Bean n’a vraiment décollé qu’à la fin de l’hiver lorsque plusieurs fleurons ont été mis à jour. La statistique inquiétante vient de la branche 4.2 qui n’attire que 5,6% des connexions à Google Play Store. L’évolution n’est clairement pas assez rapide.

Il reste impératif pour Google de maintenir la mention Jelly Bean pour Android 4.3 afin de conserver cet aspect d’amélioration de la fragmentation. La solution viendra peut-être d’un nombre croissant de smartphones vendus en édition pure comme les Samsung Galaxy S4 et HTC One récemment proposés dans la boutique maison. Mais il devient encore plus urgent de secouer certains fabricants qui ne fournissent pas la quantité d’efforts nécessaire pour mettre à jour des appareils véloces et tout à fait capables de faire tourner la toute dernière version d’Android. Dernier exemple en date: HTC et le One S.

On en parle sur le forum