Il y a quelques semaines, le débat des armes enflammait la toile, et une petite entreprise, Defense Distributed ajoutait de l’huile sur le feu en partageant les plans du premier pistolet entièrement réalisé avec une imprimante 3D.

Couplées au Liberator, les munitions pourraient faire des ravages…

Aujourd’hui, ce sont ni plus ni moins que des munitions qu’un passionné d’armes à feu est parvenu à créer à partir d’une imprimante 3D.

Contrairement à Defense Distributed, Jeff Heeszel ne souhaite cependant pas partager sa création avec le reste du monde. Il attaque d’ailleurs vivement Defense Distributed en affirmant que l’entreprise souhaite juste « faire de l’argent sur le dos des jeunes demandeurs d’action. »

Pour réaliser ses munitions, ce passionné d’armes à feu à utiliser une imprimante Solidoodle, qu’on trouve en magasin à un peu plus de 800$. Accessible à tous, cette technologie permettrait à tout un chacun de créer ses propres projectiles, sans passer par l’achat en magasin.

Bien sûr, il n’est pas question ici de projectiles standard, de type 9mm, mais bien de cartouches pour fusils, qui compensent l’absence de dispersion par une puissance impressionnante. Lestées avec un peu de plomb, les munitions peuvent facilement atteindre une cible à une distance de 10 mètres et causer de vilains dégâts.

En toute logique, le sénat américain devrait rapidement réagir à cette annonce en prenant des dispositions pour interdire l’usage de telles cartouches, potentiellement indétectables aux dispositifs de sécurité…

2 Commentaires

  1. Et sinon, vous savez que les imprimantes 3D permettent également (et majoritairement) de créer des objets inoffensifs?

    Quel est le but de cette campagne anti-imprimante 3D? Faire peur aux gens?

  2. ouais c’est nul les grands marchands d’armes pourront plus vendre d’armes aux pays en guerre, aux terroristes, dictateurs etc, quelle dommage…

Comments are closed.