Si l’industrie du X compte sur le Web pour accélérer sa croissance, l’Asie pourrait représenter un sérieux frein aux ambitions des grosses maisons de productions américaines. En cause ? La censure, de plus en plus en vogue en Asie du Sud-Est…

© AFP

L’année dernière, l’Indonésie annonçait avoir interdit l’accès à plusieurs dizaines de milliers de sites pornographiques à l’approche du ramadan. Une mesure relativement commune en Asie du Sud-Est, qui affecte la majorité des pays de religion musulmane. Considéré comme « obscène » et même « vulgaire », la pornographie en ligne fait également l’objet de levées de boucliers en Thaïlande et à Singapour.

Dernière recrue du clan puritain, la Chine pourrait donner le dernier coup de massue à l’industrie du X. Cette semaine, les autorités chinoises ont mené une véritable vendetta sur les sites pornographiques, coupant l’accès à plus de 35.000 sites, blogs et Web TV à caractère pornographique ou érotique.

Si la pornographie est proscrite en Chine, le pays figure pourtant parmi les plus gros consommateurs de films X de la planète. Même si une grosse partie de ce contenu est piraté, la vendetta du gouvernement pourrait affecter l’industrie toute entière et accroitre encore le malaise dans la région.

Outre les sites à caractère pornographique et les réseaux sociaux, une vaste majorité de sites d’information occidentaux sont également inaccessibles depuis le territoire chinois. Un durcissement de la politique qui ne laisse que peu de doutes sur les ambitions du gouvernement national.

Paradoxalement, la prostitution et la prostitution enfantine, qui sont également proscrites, demeurent parmi les activités les plus lucratives dans certaines zones du pays. Il y a quelques jours, une vidéo montrant un groupe d’officiels donner un cours aux prostituées chinoises pour trouver de nouveaux clients par le biais du Web a créé un véritable scandale sur le réseau social Weibo.

La politique de la Chine et des pays d’Asie du Sud Est à l’égard de la pornographie met en exergue la problématique à laquelle sont confrontés les pays d’Asie, à savoir le contrôle abusif de la vie des citoyens sur la toile et la tolérance presque malsaine des autorités à l’égard de sujets beaucoup plus sensibles.

En Europe également, la question de la pornographie en ligne et du contrôle du Web par les autorités revient sur le tapis. En Islande, un projet de loi visant à bannir la pornographie du Web a été déposé. Au Royaume-Uni, les autorités ont choisi de rejeter une proposition de loi similaire.

De plus en plus populaires, même dans des pays qui se disent “démocratiques”, les mesures de contrôle de l’Internet avaient déjà fait débat à Dubaï il y a quelques semaines, où une poignée de pays asiatiques avaient tenté de faire basculer l’ordre mondial en imposant leur propre vision du Web.

On en parle sur le forum.

[ Source : TNW ]

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.