INDECT : Le nouveau Big Brother européen ?

L’INDECT ou « Système d’information intelligent soutenant l’observation, la recherche et la détection pour la sécurité des citoyens en milieu urbain » est un projet de sécurité européen.

«L’INDECT vise à mettre en place des systèmes de surveillance intelligents. Son but est de détecter les menaces criminelles de manière automatisée grâce aux flux de données fournis par des caméras de vidéosurveillance » selon le site officiel du projet.

Ce système de vidéosurveillance permettrait de détecter les menaces criminelles, d’en identifier les sources et de transmettre les informations aux autorités compétentes sans aucune intervention humaine.

La plupart des informations enregistrées seraient publiques sauf les données financières, les informations pouvant nuire à la compétitivité et celles entravant les capacités de la police.

Vers une Europe Ultra-Sécuritaire ?

© DR

C’est en tout cas ce que pensent les détracteurs du projet. Certains médias accusent par exemple INDECT de s’immiscer dans la vie privée, de collecter des données personnelles, de manquer de transparence,…mais surtout de placer la première pierre de l’édifice d’une possible répression

L’Union européenne a subventionné à hauteur de 10,9 millions d’euros des dizaines de chercheurs afin de créer des systèmes informatiques suffisamment “intelligents” pour repérer les “comportements suspects” dans les images enregistrées par les caméras de vidéosurveillance, ainsi que dans les données et fichiers que nous échangeons sur l’Internet.

Ce nouveau projet que l’on pourrait qualifier de cyber-espion a été lancé en toute discrétion début 2009. Si le projet abouti, arrivera-t-on à une sorte de « Minority Report » européen ? Cette hausse néo-conservatrice de la sécurité devrait assurer le stockage des faits et gestes des internautes sur ses serveurs afin de garantir plus de sécurité à tous.

En effet INDECT sera lié à une base de données regroupant les fichiers policiers et les fichiers biométriques d’identité. De quoi être espionné 24/24 ?

Les promoteurs d’INDECT sont conscients qu’une machine pourrait tout simplement suspecter tout un chacun et jeter l’opprobre sur des individus innocents. Des humains seront donc nécessaires pour vérifier les traces exploitées par les systèmes afin de commettre le moins d’erreurs possibles.Une boucle est bouclée ?

Pour le célèbre groupe d’internautes Anonymous « la surveillance généralisée de la population, au prétexte d’identifier les “comportements suspects”, ne peut que déboucher sur une forme de suspicion généralisée de la population »

L’Europe s’explique

© DR

La Commission européenne s’est défendue en expliquant que il n’y aura jamais de système de surveillance orwellien en Europe mais que « Le projet INDECT tente de répondre à l’un des problèmes auxquels les policiers sont confrontés : il y a trop d’images de vidéosurveillance à surveiller»

Sur quoi les responsables rajoutent que «L’INDECT permettra tout simplement d’améliorer les systèmes de vidéosurveillance locaux d’ores et déjà installés afin d’aider les officiers de sécurité à analyser la masse des images de vidéosurveillance, et améliorer leurs réactions lors des situations de crise (à l’occasion d’actes violents dans des transports en commun, situations de panique, hooligans jetant des objets). »

Non seulement INDECT voudrait surveiller les rues mais également le Web. En effet, cette page de présentation du projet précise que le projet vise également à développer des « prototypes de dispositifs de traçabilité d’objets en mouvement (et) à la construction d’un moteur de recherche pour la détection rapide de personnes et documents (…) et la surveillance automatique et en continu de ressources publiques telles que : sites web, forums de discussion, groupes usenet, serveurs de fichiers, réseaux P2P mais également systèmes informatiques individuels, afin de créer un système Internet de collecte de renseignement, à la fois passif et actif et démontrer son efficacité de façon mesurable »

Le projet est passé par un examen éthique le 15 mars 2011 à Bruxelles où les experts ont conclu qu’il était viable et sans vices. Après PIPA, ACTA, SOPA, voici INDECT ?

Anonymous passe à l’attaque

© DR

Le groupe Anonymous ne pouvait donc pas resté muet et a plusieurs fois lancé des appels à la manifestation (#OpINDECT).
Fin juillet le groupe Anon avait manifesté contre INDECT et Marco Malacarne, chef d’unité « recherche sur la sécurité et le développement » de la Commission européenne avait tenté de calmer le jeu en diffusant un message vidéo. . Il explique notamment dans ce message que « INDECT n’était pour l’instant qu’un projet de recherche et que les préoccupations des Anonymous et de la société européenne sont tout à fait valables, applicables et pertinentes. »
Ce message n’a apparement pas suffit aux Anons puisque la prochaine manifestation prévue est pour le 23 Février 2013.
Un site internet a été mis en place pour prévenir et aider les internautes à alerter les euro-députés.

Anonymous a d’ailleurs lancé une nouvelle vidéo dénoncant le projet INDECT :

Qu’en pensez-vous ? Va t-on vers une Europe liberticide et répressive ou vers une vie plus sécurisée et sécuritaire ?

Réagissez sur notre forum.

Sources :

http://bugbrother.blog.lemonde.fr/2012/10/14/indect-et-le-rideau-de-fer-securitaire-europeen/
http://korben.info/quest-ce-que-indect.html
http://www.indect-project.eu/
http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/Les-dossiers-de-la-redaction/ACTA/p-23285-Indect-le-nouveau-Big-Brother-.htm
http://www.stopp-indect.info/
http://indect.investigation.overblog.com/
http://noindect.fr/