Dans ses colonnes, le Wall Street Journal annonce “la fin de l’ère Farmville”. En cause? L’effondrement de l’action Facebook et la chute précipitée de Zynga, le géant des jeux pour réseaux sociaux. Le phénomène aurait touché à sa fin…

Véritable buzz sur la toile des années durant, le phénomène FarmVille serait sur le point de s’effacer. Selon le Wall Street Journal, l’effondrement de Zynga serait symptomatique du changement de mode…

Un succès inespéré

Lorsque Zynga lance en 2009 Farmville sur Facebook, l’entreprise ne s’attend pas vraiment à ce que son jeu connaisse un succès global. En quelques mois, Farmville devient un véritable phénomène qui attire plus de 31 millions d’utilisateurs chaque jour sur le réseau social. Chacun de ces 31 millions d’utilisateurs y consacre alors en moyenne 7 heures de son temps libre par mois…

La recette de ce succès? Des commandes simples, la gratuité du jeu, l’addiction des joueurs, les récompenses et le concept participatif. Pourtant, de prime abord, Farmville ne paye pas de mine. Le jeu “social” affiche des graphismes désuets dignes d’un grand cru de 10 ans d’âge. Son concept se limite à la gestion d’un terrain agricole et à l’exploitation des ressources. Pour beaucoup, le succès de Farmville reste un mystère. Pourtant, c’est cette simplicité qui séduit. Le partage des activités (nourrir les poulets d’un de ses amis par exemple) et les récompenses, distillées sur les profils des utilisateurs sous forme de notifications, permettent à Farmville de devenir viral.

Zynga n’hésite pas à surfer sur ce succès, avec plusieurs déclinaisons et d’autres jeux sociaux, de Mafia Wars à Texas Hold’em en passant par The Ville. En 2012, Zynga est devenu un géant du jeu vidéo et se permet même de racheter OMGPOP, le studio responsable du phénomène Draw Something. Zynga ne regarde pas aux dépenses et rachète la start-up pour 180 millions de dollars

Une chute vertigineuse

Depuis, tout va mal. Le rachat d’OMGPOP s’est révélé être une très mauvaise affaire. D’une part parce que le succès de Draw Something s’effondre, et d’autre part parce que la dépréciation d’actifs liée à son rachat a coûté 95 millions de dollars à Zynga.

Parallèlement, l’introduction en bourse de Facebook a aggravé la situation. En quelques semaines seulement, le monde s’est rendu compte que beaucoup d’entreprises numériques étaient surévaluées. Zynga en a directement fait les frais… Paradoxalement, si l’échec de Facebook a touché l’image de Zynga, l’entreprise est tout de même parvenue à trouver un financement d’un milliard de dollars… Avec cet argent, Zynga compte se détacher du réseau social, investir dans d’autres plates-formes, notamment les smartphones et peut-être les consoles de jeu. Le studio doit impérativement diversifier ses activités s’il veut rester en vie…

Car qu’on ne s’y trompe pas, si l’introduction en bourse de Facebook a affecté la valeur de l’entreprise, ce sont bien les joueurs qui semblent moins attirés par les jeux sociaux. Petit à petit la lassitude commence à s’installer et le public déserte Farmville et consorts.

Des résultats catastrophiques

Conséquences directes de ce tollé, l’action du groupe a perdu 22% de sa valeur le week-end dernier, les revenus sont en baisse de 77% et les projections fiscales ont été revues à la baisse. Pas de doute, pour Zynga, l’hiver sera rude, et si Farmville n’est pas encore tout à fait mort, l’animal pourrait très bien ne pas survivre à cette hibernation…

On en parle sur le forum.

2 Commentaires

  1. […] Dans ses colonnes, le Wall Street Journal annonce “la fin de l’ère Farmville”. En cause? L’effondrement de l’action Facebook et la chute précipitée de Zynga, le géant des jeux pour réseaux sociaux. Le phénomène aurait touché à sa fin… Lire la suite de l’article sur Geeko. […]

Comments are closed.