Le site internet WikiLeaks a lancé mercredi un appel aux dons sur un nouveau site internet, afin de contourner le blocage opéré par Visa et Mastercard ayant asséché ses ressources, selon un communiqué publié mercredi.


Pour poursuivre ses missions, WikiLeaks doit lever au minimum 1 million d’euros immédiatement“, indique un communiqué de Sunshine Press, l’agence de communication du site. Une association française appelée FFDN (Fond de défense de la net neutralité) a ouvert pour WikiLeaks un compte Carte Bleue pour que ses partisans puissent déposer leurs dons.

Le site appelle ses donateurs à l’utiliser “avant que Visa/Mastercard tentent de le fermer” et se dit “prêt à combattre” tout blocage avec son équipe d’avocats.

On les a battus en Islande, et on le fera aussi en France s’il le faut (…) nos avocats sont prêts“, lance dans le communiqué le fondateur du site Julian Assange, toujours réfugié à Londres dans l’ambassade d’Equateur pour éviter son extradition en Suède, où il est recherché pour viol.

La semaine dernière, un tribunal islandais a s’est prononcé pour la réouverture d’un portail de donations de WikiLeaks bloqué par Visa/Valitor, sous peine d’une amende de 800.000 couronnes islandaises (6.200 dollars) par jour, selon WikiLeaks. Un rapport financier sur WikiLeaks publié mercredi, révèle que ses revenus ne couvrent pas ses dépenses: en 18 mois, les revenus du site sont tombés à 21% de ses coûts opérationnels. WikiLeaks a été contraint de puiser dans ses réserves qui ont fondu de 800.000 euros à fin décembre 2010 à moins de 100.000 euros à la fin du mois de juin. A ce rythme, le site aura épuisé ses réserves “en quelques mois”, souligne le communiqué.

Après s’être rendu mondialement célèbre en publiant des documents classés sur les guerres d’Irak et d’Afghanistan et des milliers de télégrammes secrets de la diplomatie américaine, WikiLeaks a dû faire face à la tentative de Visa et MasterCard de bloquer les dons d’internautes. WikiLeaks estime à “plus de 20 millions de dollars” le manque à gagner.

AFP

On en parle sur le forum.