“Il faut réunir les gens pour favoriser la créativité”

Damien Van Achter, l’ex-Social Media Manager de la RTBF, a annoncé fin de semaine dernière qu’il quittait Owni.fr pour lequel il travaillait depuis un an. “Pas vraiment un départ, c’est juste la continuité”, dit-il d’emblée quand il évoque ses futurs projets.

Source : http://www.davanac.me/damien-van-achter

Damien Van Achter, vous l’avez annoncé sur votre blog, vous quittez Owni. Pourquoi cette décision ?
“Je ne suis ni fâché, ni déçu. J’ai vécu une année géniale et le job que j’avais la-bas était fantastique. C’était vraiment intense mais ça fait un an que je vis entre la France et la Belgique, c’est un peu usant… Il faut parfois faire des compromis, malgré, je le précise, la passion qui m’habite. Cela dit, je ne tourne pas une page, c’est juste la continuité…. Si je devais retenir un truc, c’est le fantastique potentiel de travailler avec des gens d’horizons différents et de compétences différentes. Mais je les verrai encore: dans ce que je concocte, il y aura des choses en commun avec Owni…”

Ce que vous concoctez, justement…?
“Je monte une petite structure indépendante, agile et capable de répondre à des besoins très précis en matière d’apprentissages des nouvelles technologies. Je ne propose pas un programme de formation complet. Je ne concurrence ni l’AJP, ni les écoles de journalisme; au contraire, je suis un partenaire. Mon but, c’est d’arriver avec des modules très précis pour répondre à un besoin. Pour l’enseignement ou pour la formation continue ? Les deux ! Mais j’ai aussi des demandes qui viennent de marques, je n’ai pas d’exclusive.”

Un projet à mettre en lien avec les MasterClass organisée avec l’IHECS ?
“Oui, je travaille d’ailleurs depuis déjà 3 ans avec l’IHECS, à Bruxelles, pour qui j’organise des semaines de MasterClass en résidence. Il y en a déjà eu 3 en 2011 et déjà plus d’une douzaine de prévues pour 2012. Mais ce n’est pas l’unique format, je suis aussi parti au South by Southwest (SXSW) avec les étudiants de l’ESJ, à Lille pour couvrir la conférence. Je n’oublie pas la commission européenne, les découvreurs de talents de Idealy.com, etc.”

“La particularité de ce projet est qu’il sera aussi en partie crowdfundé. Il existe des plateformes, comme KissKissBankBank, qui permettent à des particuliers de faire un appel à contribution pour certains projets. Ca va permettre aux gens qui ont compris ce que je fais de “pré-financer” certains événements : des projets d’éducation citoyenne aux médias, de pédagogie au niveau local et hyperlocal, d’expérimentations sur l’impression 3D, de démocratie participative, etc. Ce sont des projets qui me tiennent vraiment à coeur, même s’ils ne rapportent pas d’argent (ou en tout cas, pas directement).”

Quel sera le but de ces rencontres ?
“Vous pouvez vous attendre, dans les mois à venir, à des happenings technologiques, ludiques et festifs, pour que des professionnels (ou non) qui n’ont pas l’habitude de se cotoyer puissent se rencontrer dans un environnement propice et favorisant la créativité. Je pense que certaines marques ont compris l’intérêt de s’associer à ce genre de démarche, de la rendre pérenne et ne pas la dénaturer. C’est en tout cas le pari que je fais aujourd’hui en me lançant dans cette aventure.”