D’après une étude menée par Eli Finkel, professeur à l’université du Nord-Ouest des Etats-Unis, les sites de rencontre auraient un impact négatif sur les relations. Ils seraient responsables de l’idée de l’âme soeur qui pousserait de nombreux utilisateurs à mettre un terme à leurs relations au moindre petit pépin.

L’étude du professeur Eli Finkel est à prendre avec de grosses pincettes. Il adresse quelques reproches à quelques sites en particulier dont les algorithmes de recherche de l’âme soeur ont été mis à rude épreuve. Selon lui, les critères de recherche de “correspondance” basés sur des promesses “scientifiques” sont souvent erronées. La recherche d’une correspondance parfaite est non seulement impossible, mais elle ne prend surtout pas en compte l’évolution des deux amants qui continuent d’évoluer au fil des années.

Dans son étude, il traite chaque site au cas par cas. Il explique notamment que Match, qui se base sur des algorithmes poussés pour trouver “l’âme soeur”, fait de la publicité mensongère en raison du manque de détails des annonces qui rend l’interprétation des résultats trop aléatoire. Selon lui, l’ensemble des sites de rencontre ont encore beaucoup de chemin à faire avant de trouver la “correspondance parfaite” puisqu’ils devraient tous intégrer davantage de critères. Bien sûr, cette pensée se heurte au problème de l’encodage des données, qui gène également de nombreux utilisateurs, rendant l’évolution du système très compliquée.

Eli Finkel critique également le concept “d’âme soeur”, porté à bout de bras par une poignée de sites qui encouragent à ne trouver que “la correspondance parfaite”, créant un besoin chez ses utilisateurs de laisser tomber la relation aussitôt qu’un petit pépin est relevé. “En effet, les gens qui croient fortement dans la destinée romantique – qui croient qu’une relation entre deux personnes “devait avoir lieu” – sont ceux qui risquent le plus de stopper une relation romantique quand un problème se présente à eux” explique-t-il. L’auteur explique que ce type de personne a tort dans la mesure où selon lui les relations durables se créent sur base des épreuves surmontées par le couple.

Néanmoins, le constat présenté par Eli Finkel n’est pas complètement négatif, bien au contraire même. Il explique que de nombreux sites de rencontres n’incitent pas à trouver cette fameuse âme soeur et continuent d’évoluer au niveau des critères de recherche. Tout comme sur Facebook, les profils permettent de se faire une petite idée de la personne avec qui on communique, avant de la contacter et d’apprendre à la connaitre. En outre, d’après une étude de 2009, les sites de rencontres seraient second au niveau des outils permettant de rencontrer sa future épouse, avec 22% des voix, juste derrière la présentation d’un ami(e) par des connaissances. Eli Finkel donne finalement une perspective positive au système qui a des “possibilités substantielles” de s’améliorer avec le temps.

On en discute sur le forum.

[ Via Digital Trends ]