Si lors de ses débuts l’entreprise ne rapportait que très peu, les revenus générés actuellement par Facebook dépassent toutes les attentes de ses créateurs. Jusqu’à présent, le système reposait principalement sur la publicité, mais les achats “in-app” commencent à occuper une part de plus en plus importante du business du réseau social, indiquant une diversification des activités…

En 2009, 98% des revenus de Facebook provenaient de la publicité. Depuis, Facebook a un peu diversifié ses activités et la publicité ne représente “plus que” 85% de ses revenus. La croissance des revenus diminue elle aussi chaque année, mais continue de progresser, avec une augmentation de 69% en 2011, ce qui représente tout de même plus de 3,2 milliards de dollars de recettes. Facebook a également procédé à quelques ajustements de ce côté, en introduisant un tarif minimum pour réduire le nombre de petites annonces de plus petites sociétés et en augmentant ses tarifs. Résultat ? Plus de géants investissent dans la publicité sur Facebook, ce qui permet d’assurer des revenus constants.

Le second secteur qui rapporte le plus à Facebook, c’est sans nul doute les paiements pour l’utilisation de certaines applications. Le réseau social estime qu’en 2011, les paiements des utilisateurs rapportaient 557 millions de dollars. En pratique, Facebook s’octroie 30% de chaque paiement effectué, ce qui lui assure des rentrées régulières. Le business est plutôt florissant puisque nous n’en sommes encore qu’au début de l’exploitation des applications payantes et Freemium, et Facebook souhaite d’ailleurs développer le système avec “de nouvelles idées”.

Facebook ne se repose cependant pas uniquement sur la publicité et les paiements in-app. Le réseau social pense introduire de nouvelles idées comme des “histoires sponsorisées” dans le flux de nouveaux statuts. Ces nouvelles pourraient d’être d’intérêt général et différentes selon les pays. Les annonceurs devraient bien entendu rémunérer Facebook pour cet affichage qui ferait office de publicité cachée parmi le flux de nouvelles. Une idée déjà exploitée par de nombreux blogs américains qui en retirent des avantages substantiels.

On en parle sur le forum.

[ Source : TechCrunch ]