Plus d’objectivité, plus de simplicité, des services moins diffus, des recherches personnalisées, de la publicité subjective, des informations centralisés autour d’un seul profil. A partir du 1er mars, Google sera, selon ses propres propos, totalement différent.

Dans l’optique user-friendly que poursuit éternellement le gigantesque Google, revisiter sa politique de confidentialité est parfaitement légitime. Depuis sa création, Google a mis progressivement à disposition du public une série de services et d’applications gratuits. Gmail, Youtube, Google Reader, Google Maps, Books, Image en sont quelques exemples. Récemment, la société a lancé son réseau social avec un succès modéré, Google + ne parvenant pas à concurrencer le très fréquenté Facebook.

Les nouvelles règles de confidentialité que va adopter Google prendront en compte la multiplicité des services offerts par l’entreprise. Au travers du compte Google +, l’utilisateur aura accès à toutes les différentes interfaces. Non pas que ceci fût impossible auparavant. Mais cet accès sera reconnu à chaque fois sous son propre identifiant. Un utilisateur qui se connecte sur son compte sera identifié dans chaque outil de Google sur lequel il ira par la suite.

Chaque service de Google avait jusqu’ici ses propres règles de confidentialité. Les principes d’utilisation, que seul une partie infime de courageux prend le temps de lire, avaient chacun leur propre spécificité en fonction du domaine qu’il occupe. À partir du 1er mai 2012, ceci ne sera plus le cas. Google adopte une seule règle d’utilisation là où autrefois il n’y en avait une soixantaine. Les utilisateurs seront informés de ces changements par mail. L’acceptation de cette charte sera nécessaire pour pouvoir continuer à utiliser son compte.

[youtube KGghlPmebCY]

Les avantages sont indéniables. En centralisant tous les services, l’utilisateur n’aura, pour exemple, plus besoin de se connecter sur chaque outil. Là où cette nouvelle structure dérange, c’est le côté ciblé qui en découle. Tous les faits et gestes de l’utilisateur seront collectés sous l’étiquette de l’identifié. Ces faits et gestes vont participer à l’édification d’une personnalité virtuelle autour de laquelle Google s’adaptera. Les recherches de l’usager seront orientées. Le blog de l’entreprise donne l’exemple de la Jaguar. Si l’usager a fait plusieurs recherches sur la voiture éponyme, les prochaines fois qu’il tapera le mot Jaguar dans le moteur de recherche, le résultat sera du domaine de l’automobile et non de l’animal. Une recherche personnalisée sur base de nos données et non d’un choix délibéré. Toutefois, cette fonction étant optionnelle, elle peut être désactivée. Un élément qui peut se révéler utile à savoir pour ceux qui cherchent des informations plus pointues.

Cependant, cette subjectivité est aussi présente au niveau des publicités. C’est déjà le cas actuellement, autant sur Facebook que sur Google, mais les publicités seront encore plus ciblées en fonction de nos recherches, de nos actions ou de nos conversations. L’entreprise affirme faire des publicités pertinentes. ” Si vous n’êtes pas porté sur la gym, les publicités pour des cours de fitness ne vous seront pas très utiles.”  Dès lors, Google apparaît comme un journal intime interactif, qui réfléchit en fonction de vos actions passées et prévoit vos actions futures.

Au niveau des prévisions, Google s’affine encore plus. Il serait capable de prévoir en fonction des informations fournies le lieu où vous êtes susceptible de vous rendre ainsi que le retard éventuel que vous aurez. Ces suppositions sont basées sur l’analyse qu’il fera de votre agenda, photos, recherches spécifiques, amis, horaires d’utilisation, etc.

Google a diffusé ses nouvelles conditions d’utilisation, ainsi que les principes de confidentialité qui vont avec, un mois avant leur adoption définitive. Ce geste leur permet de retravailler d’éventuels points qui seraient contredits ou nuancés par les internautes.

À l’heure où la question des droits d’auteurs enflamme le web, les questions de confidentialité concernant les informations personnelles prennent un aspect particulier. Mais Google garantit le respect complet des droits privés et s’avance à ne jamais partager les informations confidentielles, ” sauf cas exceptionnel comme une ordonnance du tribunal “.

Gauvain Dos Santos  (St)