e-Campagne : Sarkozy fracasse. Hollande à la ramasse ?

« Internet vire à Droite !» C’est la Une du site OWNI ce mercredi. Un phénomène qu’on devrait à l’avance que possède Nicolas Sarkozy sur François Hollande en termes de maîtrise des outils web. Même le directeur de campagne de Hollande le reconnaît. Décryptage

« Eh oui, les meilleures choses ont une fin. Les spotlights de la fête sont éteints. Nous allons bientôt quitter les lieux et rendre le nom de domaine Hollande2012 à son légitime destinataire. Je m’en sentais presque propriétaire, depuis 2007. J’étais devenu un peu hollandais… »
Voici ce que peuvent lire les internautes en cliquant, sur le nom de domaine www.hollande2012.fr. La plaisanterie est terminée. Le nom de domaine, qui autrefois renvoyait au site de l’UMP, sera rendu à François Hollande.
Vincent Feltesse, directeur de campagne internet du candidat socialiste explique au journal Libération qu’il « existe désormais une législation précise, on peut récupérer les noms de domaines qui sont liés à une marque ou à un nom ».
Le militant pro-UMP jubile toujours, il prétend avoir préparé son coup depuis… l’élection de Nicolas Sarkozy. Il a acheté le nom de domaine Hollande 2012, au cas où. Le farceur s’est rattrapé en créant le site lolitique, un florilège des petites phrases assassines de politiciens français.

Le tweet qui dérange
Au delà de l’autodérision ou de l’humour grinçant de petits farceurs, ces dysfonctionnements posent une question cruciale pour la présidentielle à venir. François Hollande a-t-il les armes pour affronter Nicolas Sarkozy sur le web ?

Sur le plan de la communication, le député de Corrèze ne semble pas vraiment être le grand ami d’internet. Désertion des chats, capsules vidéo rares, pas de gadgets geek friendly. A cela, il s’ajoute une utilisation hasardeuse de Twitter. Il faut remonter à l’été dernier pour mesurer les lacunes du candidat socialiste sur le site de minibloging.
Les faits se passent dans le 19ème arrondissement de Paris. Des migrants tunisiens arrivent en masse dans le parc des Buttes Chaumont, près de la rue Botzaris. Les associations d’aide aux migrants estiment qu’environ 2000 sans papiers traînent les rues de Paris. Un employé de la mairie de Paris, n’hésite pas à parler de « catastrophe humanitaire ».

François Hollande est au courant. Il pense venir soutenir les associations, mais hésite tout de même à mettre les pieds dans l’un des bastions de l’extrême gauche. Pourtant, les rumeurs sur sa venue augmentent. A un tel point que le 20 juillet, une bénévole : @MsTeshi annonce tambour battant la venue de François Hollande à Botzaris. Le reste du collectif suit. Au final, le candidat socialiste ne viendra pas. Pour s’excuser, il publiera le tweet ci-dessous. Depuis, François Hollande n’a toujours pas mis les pieds à Botzaris.

Arrangement sur HADOPI
Hollande, largué par Twitter dans sa communication, en est-il de même dans son programme ? Cette question a été posée par la rédaction d’OWNI à Vincent Feltesse. La réponse du directeur de campagne internet de M Hollande ne présage rien de bon pour le candidat socialiste : « Ce que vous reprochez (un programme a minima nldr) {…}est valable pour bien d’autres choses que le numérique… »

Internet, parent pauvre de la campagne de François Hollande, le candidat a l’air d’assumer. Il s’agissait d’ailleurs d’un des angles d’attaques de sa rivale : Martine Aubry.
Là où la maire de Lille s’engageait sur l’inscription dans la loi du principe de neutralité du net, l’abrogation de la loi HADOPI ( Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet ), la dépénalisation du téléchargement, et l’installation d’une « licence globale » pour ceux qui vivent du téléchargement ; François Hollande ne se s’engageait que sur la dépénalisation du téléchargement.

Sur le sujet des personnes vivant du téléchargement, M Hollande allait plus loin que Mme Aubry en proposant une taxe sur leurs activités. Par contre, rien n’a été proposé au sujet de la neutralité du net. Voir l’onglet « Numérique » dans cette infographie

Concernant HADOPI, François Hollande s’est pris les pieds dans le tapis en affirmant d’abord face à un public de professionnels, qu’il ne modifiera pas la loi avant de se rétracter le 6 octobre sur France inter, une radio française grand public et dans une interview du Nouvel Obs. L’idée étant d’évaluer, de modifier, de corriger, d’abroger au besoin, voire de créer une nouvelle loi. Comparez ses deux vidéos.
François Hollande et la loi Hadopi par Nouvelobs
Francois hollande HADOPI VIDEO par UniversFreebox

La droite en ordre de bataille
La situation se complique pour M Hollande lorsque son principal adversaire : Nicolas Sarkozy est solide sur ses positions en ce qui concerne la législation sur le web. Il s’agira pour M Sarkozy de défendre HADOPI, voire d’aller plus loin dans la logique de cette mesure.
Le président de la République française dispose en plus de cela d’une véritable machine de guerre sur le web. L’efficacité de l’UMP sur la toile n’est plus à démontrer. Avec une équipe dirigée par Baptiste Roynette, l’UMP organise des formations pour ses militants et ses élus. Les gadgets geek friendly, les dessins humoristiques assassin sur François Hollande.
Autant d’outil de propagande dont ne semble pas disposer le candidat socialiste. Cela aura-t-il un impact sur le résultat de l’élection présidentielle au mois de mai 2012 ? Il faut croire que oui. En 2008, la victoire de Barack Obama était attribuée à une utilisation optimale du web. En France, le rythme de croisière d’une élection présidentielle s’installe en janvier. Le candidat socialiste a trois mois pour rattraper son retard…

Rémi Declerck (St.)

Edit: Suite à vos (nombreux) commentaires, nous avons corrigé la méprise sur le compte @humourdedroite. Nous ne publions donc plus vos réactions pour nous en alerter. Merci.