Un livre de dessins qui a pour thème les attentats du 11 septembre 2001 propose aux enfants de colorier plusieurs images dont l’une représente Oussama Ben Laden se cachant derrière une femme lors du raid du 2 mai où il a trouvé la mort. Le livre provoque la colère d’une association musulmane américaine.

« We Shall Never Forget 9/11 : The Kids’ Book of Freedom », qu’on pourrait traduire par « Nous n’oublierons jamais 9/11 : le Livre de la Liberté pour les enfants » vient d’être publié par Really Big Coloring Books, au Missouri. L’éditeur décrit son livre comme étant « désigné comme un outil que les parents peuvent utiliser pour parler des attentats du 11 septembre à leurs enfants ». Dans ce livre, les enfants peuvent colorier des images des attentats et de la traque d’Oussama Ben Laden. « Le livre a été créé avec honnêteté, intégrité et respect et ne répugne pas à la vérité », selon l’éditeur, qui affirme avoir déjà vendu 10.000 exemplaires.

L’une des pages, notamment, montre Oussama Ben Laden se cachant derrière une femme alors qu’un Navy SEAL lui tire dessus. Avec l’image, un commentaire : « Insaisissable comme il l’était, et après s’être caché au Pakistan et en Afghanistan, le chef terroriste Oussama Ben Laden est enfain localisé par les soldats américains. Les enfants, la vérité est que ces actes terroristes ont été commis par des musulmans islamiques radicaux. Ces fous haïssent la façon de vie américaine parce que nous sommes LIBRES et que notre société est LIBRE. »

Le Conseil des relations américano-islamiques a condamné le livre « dégoûtant », affirmant qu’il lie tous les musulmans au terrorisme, à l’extrémisme et au radicalisme, ce qui pourrait inciter les enfants à croire que tous les musulmans sont responsables des attentats du 11 septembre. L’éditeur s’en défend.

Really Big Coloring Books avait aussi publié un livre de coloriage sur le Tea Party. Une partie des bénéfices de la vente des livres sera versée, selon l’éditeur, à l’organisation Bridges for Peace, « une organisation chrétienne et biblique basée à Jérusalem, qui soutient Israel et la construction de relations entre les chrétiens et les juifs dans le monde entier à travers l’éducation et des actes concerts qui expriment l’amour et la miséricorde de Dieu. »

Source : Guardian

1 COMMENTAIRE

  1. Le texte est pourtant clair “ces actes terroristes ont été commis par des musulmans islamiques radicaux”. Je ne vois pas comment ce “Conseil des relations américano-islamiques” peut affirmer que le livre “lie tous les musulmans au terrorisme, à l’extrémisme et au radicalisme”. A moins d’être parano ou d’être incapable de comprendre une formulaton simple…

  2. “affirmant qu’il lie tous les musulmans au terrorisme, à l’extrémisme et au radicalisme,”. Peut-être pas au terrorismes mais bien à l’extrémisme et au radicalisme.

  3. Il faudrait lire l’ensemble de l’ouvrage pour se faire une idée juste, mais la démarche ne me semble pas constructive.
    C’est la porte ouverte aux dérives et stigmatisations. L’image de cette femme qui couvre Ben Laden entretient le stéréotype de notre inconscient collectif : des musulmans machistes, voire misogynes et de la femme soumise… pourtant ces problèmes sont loin d’être une “exclusivité” musulmane!
    Personnellement, je n’irai pas acheter ce type d’outil pour expliquer à mon enfant un drame vécu dans mon pays.

  4. Au delà de l’incitation évidente à la haine envers les musulmans, c’est déjà -selon moi- assez moyen de proposer des livres de coloriage montrant des scènes de guerre et des combats aux armes à feu, non ? Je suis pas un adepte de la surprotection des enfants, mais j’ai quand même du mal à cautionner un truc pareil…

  5. Je suis tout à fait d’accord avec toi “maisouest404”. Ce qui est assez interpellant c’est qu’ils ont déjà vendus 10.000 exemplaires…

  6. Les circonstances de la mort de Ben Laden/le sort qui lui a été réservé me laissent tout aussi indifférent que celui des jihadistes “par l’épée”, mais cette propagande est tout aussi débile qu’inutile.
    Elle me fait penser aux caricatures de Mahomet, qui brillaient plus par leur provocation que par le talent de leurs dessinateurs…