Facebook créé des désordres mentaux chez les ados

Problèmes de sommeil, maux à l’estomac, tendance narcissique, agressivité. Quatre des symptômes observables chez les utilisateurs adolescents de Facebook, selon une étude d’un professeur de psychologie à la California State University, Larry Rosen.

Selon Larry Rosen (dans sa présentation “Poke Me: How Social Networks Can Both Help and Harm Our Kids“), un usage massif de Facebook peut provoquer des désordres psychologiques importants. Le professeur Rosen base ses conclusions sur l’observation d’un millier d’adolescents et sur l’observation d’un échantillon de 300 étudiants pendant une période d’un quart d’heure.
«Bien que personne ne peut nier que Facebook a modifié le paysage de l’interaction sociale, en particulier chez les jeunes, nous commençons maintenant à pouvoir observer  les aspects positifs et négatifs” de l’utilisation du site.

Les principaux symptômes observés incluent
– le développement d’une forme de narcissisme chez ceux qui utilisent fréquemment Facebook.
– Présence d’autres désordres psychologiques, tels que comportements antisociaux, tendances agressives,chez ceux qui ont une forte présence sur Facebook.
– plus d’absentéisme scolaire, problèmes de sommeil, dépression, dans le cas d’une surexposition aux technologies sur base journalière.
– des résultats scolaires en baisse pour ceux qui vérifient Facebook une fois au moins pendant une période d’étude de 15 minutes.
– perte d’attention…

Heureusement, comme le note Mashable, toutes les conclusions du professeur Rosen ne sont pas négatives. En positif, la fréquentation régulière du site augmenterait “l’empathie virtuelle” des adolescents, pouvant déboucher sur une capacité plus grande d’empathie dans la vie réelle.
Autres avantages épinglés par Rosen: le réseautage social peut aider les ados introvertis à socialiser et fournir de nouveaux outils pour l’enseignement.

En conclusion de son étude, le professeur américain conseille pourtant aux parents d’éviter de mettre en place un système de surveillance. A cette approche, il privilégie un dialogue avec les enfants: “il faut commencer à parler de l’utilisation des technologies, tôt et souvent, et instaurer la confiance. (…) La communication est le point crucial de la parentalité. Vous devez parler à vos enfants, ou plutôt, de les écouter », a déclaré Rosen.