Un accord a été trouvé entre Google et Copiepresse. Les contenus des sites d’informations francophones, « black-listés » depuis vendredi, devraient réapparaître dans les recherches Google d’ici quelques heures.

Video streaming by Ustream

Dans un communiqué, Google annonce que Copiepresse a donné au géant américain « l’assurance de pouvoir inclure à nouveau leurs sites » dans l’index de Google « sans devoir appliquer les pénalités ordonnées par la justice ». Selon Google, il faudra probablement compter quelques heures avant que les résultats de recherche intègrent à nouveau les contenus des sites. Depuis 18h, le site du soir.be est à nouveau référencé par Google Search – comme en atteste la capture d’écran ci-dessus.

Pour rappel, Google avait soulevé un tollé vendredi en retirant de son index l’ensemble des sites d’informations francophones et germanophones de Copiepresse, dont lesoir.be. Google a réaffirmé aujourd’hui qu’il n’avait pas eu d’autres choix que d’agir de la sorte, suite au conflit qui oppose le géant américain aux éditeurs de presse.

« Nous avons expliqué en détail notre position à Copiepresse lorsque le tribunal a rendu sa décision il y a quelques semaines », explique encore Google, qui estime s’être « toujours efforcé de travailler en collaboration » avec Copiepresse. « En gagnant son procès, Copiepresse pouvait alors faire appliquer le jugement à tout moment. C’est ce qu’ils ont fait récemment. Par conséquent, nous nous sommes assurés de ne pas nous exposer à devoir payer des amendes de 25 000 euros par jour en cas d’infraction. »

Les discussions se poursuivent

« Nous avons effectivement discuté avec Google aujourd’hui pour régler cette affaire », confirme Margaret Boribon, secrétaire générale de Copiepresse. « Nous leur avons simplement réaffirmé ce qu’ils savent depuis 2007 : nous n’attaquons pas – et n’avons jamais attaqué – le référencement. »

« Les discussions se poursuivent, il n’y a pas de problème particulier », insiste Margaret Boribon qui regrette toutefois la méthode « peu élégante » du géant américain dans cette affaire. De son côté, Google, qui « examine actuellement toutes les options », affirme également demeurer « ouvert pour travailler en collaboration avec les membres de Copiepresse à l’avenir »

(G.D)

1 COMMENTAIRE

  1. Messieurs,

    Je suis très heureuse de ce nouvel accord.
    J’ai eu beaucoup de peines de ne plus pouvoir vous rejoindre.J’aime vos nouvelles et votre présentation.Je vis depuis plusieurs années au Québec,Canada, mais mes racines sont belges ! Mon père vous lisait,maintenant c’est mon tour.Les belges à l’étranger ont besoins de vous !
    Félicitations pour tout et merci à vous.
    L.Courtois