Sur le quai de la gare, dans la salle d’attente du médecin ou en rue, ils sont de plus en plus nombreux à être rivés sur l’écran de leur téléphone. Ils jouent, regardent une vidéo ou, le plus souvent, surfent. La révolution de l’internet mobile est en marche. Smartphones et tablettes se vendent comme des petits pains et révolutionnent la manière dont on consomme l’internet. Au niveau mondial, on devrait vendre 468 millions de smartphones en 2011, soit 57,7 % de plus que l’année dernière, selon le bureau d’études Gartner. En Belgique, il y en avait 1,46 million en circulation fin de l’année dernière, selon les statistiques de GfK Retail and Technology. Et les ventes ne cessent de s’accélérer. « Sur les deux premiers mois de l’année, on en a écoulé 171.000 soit 80 % de plus qu’en 2010 à la même époque, explique Jurgen De Mesmaecker, business unit manager chez GfK. Un téléphone sur quatre vendu aujourd’hui est un smartphone, ce qui est inférieur aux pays voisins où on a un rapport de un sur trois à cause des politiques de subsidiation (prix de l’appareil moins élevé lors de la souscription d’un abonnement) ».

GateOne/Isobar mobile, le département digital de l’agence média Aegis dédié aux technologies mobiles, a lancé un baromètre afin de suivre de près la progression des ventes de ces appareils. Tous les trois mois, 500 personnes représentatives de la population des 15-70 ans sont interrogées. Résultats de la dernière vague de chiffres ? En février, 17 % de la population étaient équipés d’un smartphone avec des pics pour certaines catégories d’âge – 33 % pour les 15-24 ans – et certaines localisations – 30 % à Bruxelles. GfK estime de son côté le taux de pénétration à 13,5 % sur base des chiffres de vente et de ses propres estimations.

Voilà pour l’état des lieux. Et demain ? Isobar a sondé les intentions d’achat et constate que 21 % des répondants non équipés affirment qu’ils vont acheter un smartphone à court ou moyen terme. « Si ces aspirations d’achat se réalisent, le taux de pénétration sera de 25 % d’ici à la fin de l’année », estime Matthieu Vercruysse, responsable des stratégies digitales.

Posséder un smartphone est une chose, surfer en est une autre. L’enquête d’Isobar montre que 43 % des utilisateurs se connectent régulièrement à l’internet. Là aussi, la fréquence de connexion est fortement corrélée à l’âge : 64 % des 15-24 ans surfent tous les jours ou presque. Ce taux passe à 40 % pour les 15-54 et tombe à 12-13 % pour les 55-70 ans. Ramené au niveau de la population, le pourcentage de personnes utilisant régulièrement l’internet mobile n’est toujours que de 8,7 %. Un chiffre à mettre en rapport avec le pourcentage de ménages connectés à l’internet à domicile : 73 % selon les chiffres du SPF économie.

10 % pour l’iPad dans un an

Pour faire progresser l’internet mobile, on peut aussi compter sur les tablettes. Connues de 86 % des répondants, elles sont présentes dans 2,8 % des foyers. Ce taux de pénétration va continuer à progresser mais rien de spectaculaire à attendre, selon Isobar. « 3,4 % des répondants nous ont indiqué être prêts à acheter une tablette dans les prochaines semaines et 7,1 % dans les prochains mois, explique Matthieu Vercruysse. Les intentions d’achat étaient beaucoup plus hautes en juillet lors du lancement de l’iPad mais visiblement le soufflé est retombé. Si celles-ci se vérifient, on devrait atteindre un taux de pénétration de 10 % d’ici février 2012 ». Une belle progression mais sans plus. « On dit souvent que 2011 sera l’année du mobile. Elle ne le sera pas plus que 2010 ou 2012. Le marché de l’internet mobile connaît une évolution progressive et constante, plutôt qu’un boom. Il atteint une pénétration significative pour être sérieusement considéré par les médias et les marques. »

JEAN-FRANCOIS MUNSTER
Le boom en chiffres

17% : Taux de pénétration des smartphones dans la population des 15-70 ans (enquête Isobar)

+ 80% : Progression de la vente de smartphones les deux premiers mois de 2011 par rapport à la même période de 2010

21 % : Pourcentage de gens qui envisagent d’acheter à court ou moyen terme un smartphone (étude Isobar sur un échantillon de 500 personnes)

325 euros : Le prix moyen d’un smartphone début 2011.

8,7 % : Pourcentage de la population qui se connecte régulièrement sur internet via un smartphone

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.