Le géant de l’Internet a officialisé aujourd’hui le système de « In-App Purchase » pour l’OS mobile Android. Ce système déjà présent dans les applications iOS pour iPhone va enfin permettre aux développeurs de gagner de l’argent sur les transactions réalisées grâce à leurs applications, par exemple pour l’achat de marchandises virtuelles, extensions de jeux vidéos ou de musique.

« Nous avons entendu pas mal de développeurs nous dire qu’ils voulaient disposer de plus de façons de monétiser leurs applications », a déclaré le directeur de l’ingéniérie d’Android Chris Yerga lors d’une présentation au siège de Google à Mountain View (Californie, ouest des Etats-Unis).

« Aujourd’hui nous publions notre code pour la facturation des applications, pour toute la communauté des développeurs d’Android », le système d’exploitation pour appareils mobiles conçu par Google.

À l’heure actuelle, on ne sait pas encore si la fonctionnalité de Google fonctionnera pour les paiements récurrents, tels que les abonnements, mais c’est encore un grand pas pour Android, qui a été souvent critiqué, même par Google lui-même.

En pratique, les utilisateurs devront toujours passer par le système de payement Google Checkout qui a notamment souvent fait l’objet de critiques pour son inconfort d’utilisation. Cependant, les choses semblent s’arranger peu à peu : Google a annoncé que les devises étrangères seront enfin diversifiées et gérées directement par les développeurs.

Par ailleurs, le belge Bart Decrem était présent lors de la conférence de presse de Google. Celui-ci en a profité pour présenter une version Android de son jeu à succès Tap Tap Revenge (téléchargé à 50 millions d’exemplaires sur iOS). Celui-ci n’a pas manqué d’indiquer que le système « In-App Purchase » avait permis à son application de vendre plus de 25 millions de de chansons payantes sur iOS. D’où l’intérêt pour Disney Mobile (l’éditeur de Tap Tap Revenge) de décliner son application en version compatible avec Android.

L’« In-App Purchase » pourrait s’avérer bien plus rentable que la publicité mobile selon les observations en 2010. Hasard du calendrier (ou pas), RIM (Blackberry) vient d’annoncer également l’arrivée du In-App Purchase avec Blackberry App World 2.1

Concernant Android, il faudra malheureusement attendre un peu, le temps que Google puisse rendre accessible le kit de développement d’applications (SDK) prévu à cet effet dont la sortie devrait être au printemps 2011.

1 COMMENTAIRE

  1. Libre, c’est aussi libre d’acheter ou non.
    Mais sans ce genre de profit, les applications ne sauraient pas affluer et être de très bonne facture/finition.
    Les développeurs bénévoles … connais pas. Ou alors ils affichent fièrement leur nom et donc le but est bien lucratif au final.
    A bon entendeur…