La Commission européenne, qui soupçonne le géant de l’internet Google de manipuler les résultats des recherches effectuées par les internautes, a envoyé ses premiers questionnaires dans le cadre de son enquête pour abus de position dominante, rapporte mercredi Le Figaro.

Les formulaires ont été envoyés un peu avant Noël et comptent près d’une centaine de questions, auxquelles devront répondre les grands acteurs du web, tels qu’éditeurs de sites, moteurs de recherche et annuaires en ligne, annonceurs et régies publicitaires, avant le 11 février, écrit le quotidien. “Votre société a-t-elle remarqué des changements soudains et significatifs dans son classement sur les moteurs de recherche comme Bing, Google ou Yahoo ? Avez-vous constaté des baisses soudaines du nombre d’utilisateurs renvoyés vers vos services par Google et qui ne peuvent pas être expliquées par des changements sur votre site web ?”, demande par exemple la Commission.

“Au-delà de considérations sur un éventuel abus de position dominante (…) les questions [de l’UE] sous-tendent une autre accusation: Google manipulerait les résultats de ses recherches et de sa plate-forme d’achat de publicités”, en conclut le quotidien.

La Commission européenne a ouvert fin novembre une enquête formelle à la suite de plaintes de fournisseurs de services de recherche en ligne concurrents. Ils accusent Google de favoriser ses propres services, et de pénaliser les leurs, dans ses résultats de recherche payants et gratuits.

(afp)

1 COMMENTAIRE

  1. “Ils accusent Google de favoriser ses propres services […]”

    Je trouve ça logique que google mettrait en avant, dans ses résultats de recherche, ses propres services…

  2. Depuis Microsoft (997.000 d’euros d’amendes, pour certains motifs auraient fait rire tout magistrat digne de ce nom)), l’UE sait à présent comment renflouer ses caisses : s’attaquer à un géant Américain, qui préfère payer une amende astronomique plutôt que de perdre ses parts de marché en UE. Une méthode auparavant et encore utilisée par la Mafia. Ça marche toujours, alors pourquoi s’en priver ?

  3. J’ai envie de rajouter que l’idée du questionnaire est complètement débile car complètement subjectif. Il suffira que la personne ait eu quelques visiteurs de moins sans que cela soit réellement significatif pour qu’on accuse Google. A voir les exemples de questions, on dirait qu’il n’y a qu’un seul facteur à prendre en compte : Google. Comme si la concurrence et la crise n’existaient pas… Ils font ça n’importe comment.

  4. En même temps Google annonçait clairement le lancement de son nouvel algorithme avec Mayday et Caffeine.. C’est donc bien normal que les résultats changent.

  5. Mettre en avant ses propres services est logique, oui, dans une certaine mesure. On ne remet pas en cause la possibilité de prévoir un espace pour ses propres services (cf tout en haut, à gauche) mais dans le résultat d’une recherche. Ce dont on parle ici c’est d’abus de position dominante. On sanctionne ce type de comportement afin d’éviter un cercle vicieux où l’entreprise renforce sa position dominante pour renforcer asseoir encore plus son monopole ou à diriger d’autres activités vers une position monopolistique (ce qui serait le cas ici). Si Google le fait sans abuser de sa position dominante et uniquement grâce à la qualité de ses services (et ses services me semblent supérieurs à ce que je connais en général), alors Google n’a rien a craindre. Ou peu (on peut imaginer que l’algorithme complexe à la base du résultat des recherches n’ait pas été fait afin de favoriser Google mais qu’en l’analysant on trouve des éléments criticables).

    Autre chose: un questionnaire est “débile”, si l’on se base uniquement sur cela. Je doute que la Commission Européenne ne fasse que ça. Une telle consultation permet de sonder une part considérable des acteurs du marché et ceux-ci peuvent avoir, malgré tout, une bonne évaluation de la situation (sans mettre leurs problèmes sur le dos de google). De plus, une batterie de 100 questions (et +), permet malgré tout de cerner aussi la personne qui répond.

    Ce qui serait stupide, ce serait d’arriver avec ses gros sabots, dire “la ferme” à tout le monde et faire sa petite popote pour en arriver à la conclusion que Google n’est pas -ou est- “coupable”. J’imagine que les mêmes personnes crieraient que c’est le retour de l’Inquisition ou que sais-je encore. Et, je ne pense pas qu’on ne prendre pas en compte le fait que l’algorithme ait changé (on peut déjà compter sur Google pour ne pas laisser les choses se passer comme ça).

    En dehors de cela, je ne suis pas sûr de saisir quels sont les motifs qui auraient fait rire les magistrats en ce qui concerne Microsoft. Depuis, le système concernant les navigateurs (choix plutôt qu’IE préinstallé par défaut sur Windows) a changé et, récemment, Firefox est passé au dessus de IE en terme de parts de marché. J’ai l’impression que c’est pour un mieux car Microsoft fait de gros efforts pour améliorer son navigateur et je suis convaincu que c’est dû à l’émergence de Firefox et, plus récemment, de Chrome.
    Ah oui, et que la Commission soit une mafia… faudra m’expliquer pourquoi le TJUE a condamné récemment la Commission pour non respect des droits d’auteur de la société Systran: 12 millions (http://www.itespresso.fr/propriete-intellectuelle-systran-gagne-son-proces-contre-la-commission-europeenne-39607.html). Alors, on peut utiliser ça pour dire que la Commission est malhonnête, on peut dire que la mafia fait elle même payer certains de ses organes, relativiser car ce n’est pas 957 millions, etc. Mais, moi, je vois là la volonté d’une institution de respecter ses propres règles et à rester saine.

    Encore autre chose: de ce que j’ai lu, Google a une attitude très positive, voire constructive par rapport à la procédure et je pense que la Commission est loin d’approcher le problème d’une façon “débile” (ok, je ne m’y connais pas dans ce genre de procédure et me base de ce que j’ai lu “à la grosse louche”, donc s’il y a un juriste connaisseur dans la salle, qu’il m’éclaire ;)).

  6. “Google a une attitude très positive,” tu parles leurs dépenses en lobbying a clairement augmenté, y a une armée dépechee rien que pour ca.
    Dites moi ce que vous voulez savoir comme ca je vous le cacherai

  7. Bah, on pourra peut-être dire que je suis naïf mais je me fiais à un communiqué de Google du 30 novembre (la position a peut-être changé depuis: http://googlepublicpolicy.blogspot.com/2010/11/our-thoughts-on-european-commission.html), donc oui, une attitude qui m’a semblé très positive.

    Pour ce qui est du lobbying et de son aspect négatif, je dois dire que je ne connais pas du tout ce monde là et suis inapte à porter un jugement. Si le lobbying est un groupe de défense d’intérêts par moyens légaux et moralement acceptables, je n’y vois pas de problèmes… mais ça reste un milieu bien opaque que pour pouvoir le défendre sans en faire partie.

    Mais, sinon, que Google “rameute” pas mal de gens à Bruxelles pour défendre ses intérêts pendant une période où on cible la société, je ne vois pas ce que cela a de réellement anormal.