Pour survivre, a besoin du soutien des internautes. C’est en substance l’objet du message délivré depuis quelques jours sur le site par son fondateur, Jimmy Wales. Sans revenu de la publicité et accessible à tous gratuitement, sa source principale de revenu est… le don. Jimmy Wales espère lever 16 millions de dollars de dons, soit deux fois plus que l’année dernière, pour pouvoir garder un accès totalement gratuit à son site.

Car malgré le soutien de Google à concurrence de 2 millions de dollars par an et des réserves de 13 millions de dollars venant de dons plus importants que prévus, Wikimédia, la fondation qui gère le site, doit faire face a des coûts de fonctionnement sans cesse croissants.

Succès de masse

C’est le succès de plus en plus important du site qui a fait monter le budget de fonctionnement prévisionnel de Wikimédia à plus de 20 millions de dollars sur l’année 2010-2011. La société serait obligée de construire un second centre de données en Virginie (Etats-Unis), celui de Floride risquant d’arriver bientôt à saturation. La société devrait dès lors passer de 40 employés aujourd’hui à plus de nonante personnes d’ici mi-2011.

Dix ans après son lancement, plus de 380 millions de personnes utilisent Wikipédia chaque mois. Ce qui le place parmi les cinq site internet les plus visités au monde derrière notamment Google et Facebook. Le site Wikipédia contient plus de 15 millions d’articles écrits par 130.000 bénévoles.

Entreprise non-commerciale

Dans son message d’appel aux dons, Jimmy Wales insiste sur le caractère non-commercial de son entreprise. Car Wikipédia est un site « sans pub, sans bénéfice et sans stratégie de conquête ». Basée sur la participation et le bénévolat des internautes, le fondateur veut que son site reste gratuit et indépendant de toutes pressions sur le contenu. D’autres sites internet de qualité également font appel aux dons des internautes pour sortir de la logique purement marchande. Le site français d’information Rue89 en est un autre exemple.

Certains sites participatifs arrivent donc à glaner autant de visiteurs que leurs alter ego marchands. Pour Wikipédia, comme pour d’autres, la force participative de ses internautes lui permet de rivaliser avec des entreprises développées et soutenues à coup de milliards de dollars. Un modèle de développement que son fondateur s’est refusé jusqu’à présent à adopter.

Ph.Laperche. (st.)

www.wikipedia.org