Blekko, plus fort que Google ?

null

Blekko s’est lancé lundi,  avec l’ambition de concurrencer Google en offrant des résultats basés sur la contribution des internautes eux-mêmes. Un moteur de recherche à la sauce Wiki.

Le projet de Blekko est simple: dépasser les modèles mathématiques de Google pour utiliser la contribution des internautes. On nage évidemment en plein dans le 2.0, plus de classements des pages web les plus consultées, la priorité est donnée au “sens” des recherches. Une forme d’intellectualisation de la recherche ? Du moins le co-fondateur de Blekko, Rich Skrenta, espère que les internautes eux-mêmes opèrent pour “trouver de la signification dans les milliards de pages du web“. Le fonctionnement du moteur de recherches s’apparente au principe “wiki”. “Il n’y a pas besoin que tout le monde participe: la plupart des gens n’éditent pas Wikipedia, et pourtant cela a donné une vaste encyclopédie qui dépasse depuis longtemps l’encyclopédie fermée Britannica“, précise-t-il.

Le meilleur et le pire du wiki vont donc sans doute se retrouver transposés à ce moteur de recherches. Mais à en croire M. Skrenta, la communauté des internautes serait être la mieux placée pour garantir la pertinence des résultats du moteur de recherche, en évitant tout détournement commercial. Une idée qui a du sens.

Pour que cela fonctionne, des contributeurs volontaires attachent le symbole “/” à certains mots-clés qu’ils trouvent dans des pages web qu’ils jugent informatives. Ces mots-clés, ou “slashtags“, permettent de répertorier les informations, pour qu’elles puissent être repérées par le moteur de recherche.

Une petite requête sur Blekko (“geeko lesoir”) nous amène immédiatement sur le compte twtitter de l’un des ses posteurs, c’est plutôt pas mal, même si on aurait peut-être préféré une redirection immédiate vers le blog.  Blekko n’est pas prêt de détrôner Google en terme de popularité et de visites mais  il pourrait bien devenir une vraie référence du web participatif.

Martin Vachiery (d’après AFP)