Ca ressemble à de la science fiction mais ça ne l’est pas: Google teste des voitures automatiques qui évoluent dans le trafic sans… chauffeur. C’est le géant américain lui-même qui annonce, sur son blog, ses objectifs: “Prévenir les accidents de la circulation, libérer du temps aux gens et réduire les émissions de carbone en changeant fondamentalement l’utilisation des voitures”, rien de moins que ça.

La Toyota Prius, conduite par ordinateur, est équipée de logiciels qui repèrent n’importe quel objet ou être vivant dans les parages du véhicule, lui permettant de réagir de manière appropriée. Le tout étant évidemment guidé par ses cartes détaillées. Plus de 100 000 kilomètres auraient déjà été parcouru par ces prototypes sur les routes de San Francisco. La voiture-robot avait été repérée dans la circulation par certains automobilistes, qui pensaient croiser le chemin d’une “Google Street View Car”. De plus, il y avait toujours une personne derrière le volant, prête à intervenir en cas de problème. Seuls les policiers étaient mis au parfum de l’expérience.

Les ingénieurs de l’entreprise tablent sur au moins huit ans avant de commercialiser ce genre d’engins – et encore, c’est la vision la plus optimiste. A noter que Google n’est pas le seul à s’intéresser à cette technologie: les compagnies automobiles y travaillent également depuis de nombreuses années. Mais le géant américain possède un avantage important avec ses immenses data centers, qui permettent de traiter les informations recueillies.

Le New York Times a publié une vidéo prise à l’intérieur d’une des voitures. A voir sur leur site. Ci-dessous une vidéo prise par une voiture extérieure, vue sur TechCrunch

[youtube VAiH1LX8guk]

Source des photos: New York Times

1 COMMENTAIRE

  1. Ceci me rappelle une nouvelle de SF que j’avais lue dans mon jeune temps (parmi tant d’autres que j’ai oubliées). L’auteur décrivait un monde où les voitures avaient remplacé tout autre forme de logement. Elles étaient donc aménagées comme tel, et ne cessaient de se déplacer. Naturellement en pilotage entièrement automatique… C’était un rêve (cauchemar ? ) imaginé bien avant les premiers soucis sérieux au sujet de l’énergie (et p-ê même de la pollution). Mais ceci pour dire que le pilotage automatique est une idée aussi vieille que celle des robots. Pour revenir à l’actualité du sujet, il semble évident que nous avons déjà largement la technologie qui permettrait de limiter la vitesse des voitures à celle autorisée sur la voie parcourue. Ainsi que celle qui permettrait une anticipation automatique des obstacles. Si nos nouveaux véhicules étaient déjà équipés de ces deux éléments, quelle gain pour la sécurité !

    • Et quel ennui sur la route…

      Tout automatisé ok mais une limitation partielle abrutirais les conducteurs et leur ferai perdre le peu d’habilité au “pilotage” qui leur reste. Celle qui permet de ne pas rester bloqué 50km derrière un tracteur empêchant tout autre conducteur “capable” de dépasser, etc… je parle donc ici des “dangers publics” qui ne roulent pas vite certes, mais mal! Ce qui les rend encore plus dangereux.

      Tout ça pour dire que limiter les voitures n’est pas une solution à la sécurité: un vrai permis de conduire en situation normale et de danger oui !

      à bon entendeur salut !

  2. Question: en qui avez-vous le plus confiance ? La voiture-robot ou le type au volant qui filme et quitte la route des yeux pendant ce temps pour cadrer ? 😀