Test – Way of the Hunter : une chasse élitiste

En dix ans, le marché des jeux de chasse s’est complètement transformé. Si, autrefois, l’accent était mis sur l’arcade avec des séries comme Cabela et Big Buck Hunter, la simulation a aujourd’hui la cote auprès des gamers. En témoigne le succès du jeu “The Hunter”. Un nouveau venu tente aujourd’hui de se faire une place au côté des grands noms du secteur…

Première production du petit studio Nine Rocks Games, Way of the Hunter est un jeu de chasse en open-world très ambitieux qui se démarque de ses modèles par son approche narrative. Dès le début de l’aventure, le joueur est pris par la main et guidé à travers un tutoriel qui lui permet de découvrir les fondations du titre. Il incarne ici le fils d’un chasseur notoire, dont il doit reprendre le ranch et les activités. Le début de l’aventure vous plonge dans la Nez Perce Valley, dans l’Idaho, mais par la suite, le joueur pourra accéder à une seconde carte, située cette fois en Transylvanie (Roumanie).

Au début de l’aventure, le joueur se voit présenter les bases du gameplay, de la conduite du véhicule qui lui permettra de parcourir de longues distances en très peu de temps à l’utilisation du zoom, les réglages du fusil ou la traque. Mais pas que. Toute l’originalité du titre repose ici sur un aspect gestion avancé. Concrètement, les animaux présents dans le parc se reproduisent. Tuer des femelles aura donc un impact sur le nombre de gibiers présents dans le parc. Il faudra donc adopter une certaine éthique et se montrer stratège dans ses choix… D’autant plus qu’il faudra non seulement progresser dans l’aventure mais aussi participer à des missions secondaires qui vous confrontent au commerce local. Les restaurants de la région vous commanderont par exemple régulièrement certains types de gibiers pour leurs clientèles. Des idées intéressantes qui sont brillamment explorées dans Way of the Hunter.

Le terrain de chasse est immense.

Way of the Hunter offre une liberté d’action assez impressionnante, une fois les premières missions passées. Le joueur sera en effet libre de suivre la trame narrative principale, d’accomplir des missions secondaires, de jouer en coop avec un ami, en ligne, ou simplement d’explorer les deux gigantesques cartes du jeu. A ce niveau aussi, le jeu brille, avec des environnements vastes, jolis et variés. Notez toutefois qu’il faudra beaucoup de patience pour en explorer chaque recoin, chacune des deux cartes mesurant près de 140 kilomètres carrés…

Côté gameplay aussi, Way of the Hunter parvient à séduire avec un système de zoom efficace, de la personnalisation d’équipement, des armes sous licence et un gameplay grandement basé sur la discrétion et l’approche furtive. De nombreux éléments seront ainsi à prendre en compte lorsque vous approcherez une cible : ne pas faire de bruit, et donc de préférence laisser le véhicule loin derrière vous, ne pas se laisser voir, être patient, étudier le parcours de vos futurs trophées et surtout, utiliser les bons réglages une fois le moment venu de tirer…

Le comportement des animaux n’est pas toujours très réaliste.

Tout n’est toutefois pas parfait dans ce vaste monde ouvert, à commencer par les commandes de votre véhicule, une jeep qui se manipule de façon très maladroite et aura tendance à aller souvent se loger dans des recoins desquels il sera impossible de l’en déloger. Heureusement, vous pourrez toujours la faire réapparaître sur le parking de l’un des points d’intérêt de la carte, au besoin.

Et puis bien sûr, il y a les bugs en pagaille, des animaux qui disparaissent subitement au viseur qui ne s’affiche pas en passant par des oiseaux qui font du sur place et un personnage qui tombe occasionnellement de la carte dans le vide intersidéral. C’est un fait, à sa sortie, le jeu était loin d’être un exemple de finition. La bonne nouvelle, c’est que la plupart de ces petits défauts pourront potentiellement être corrigés avec des mises à jour, si les développeurs en prennent la peine…

Il est possible de circuler sur la carte avec une jeep.

Côté contenu, le jeu impressionne aussi avec son aventure longue et qui regorge de défis et ses deux gigantesques cartes. On ne peut toutefois s’empêcher de regretter d’être limité à deux environnements principaux. Là où The Hunter propose justement une palette impressionnante de niveaux à explorer…

Techniquement aussi, Way of the Hunter sème le chaud et le froid avec ses décors gigantesques, ses jolis panoramas et effets visuels, et ses bugs en pagaille, ses animations d’un autre temps et ses animaux maladroitement modélisés. Le titre a le mérite d’être fluide et de nous immerger dans un vaste monde, mais visuellement, il n’est pas vraiment à la hauteur de nos attentes, en particulier sur les consoles next-gen. Les développeurs l’avaient pourtant promis : il s’agissait là du premier jeu de chasse “next-gen”.

Il est possible d’activer un sens du chasseur pour traquer ses proies.

A mi-chemin entre une simulation et un jeu arcade, Way of the Hunter se montre là-aussi tantôt généreux, en permettant par exemple de se téléporter généreusement pour ne pas devoir parcourir de longues distances à pied, tantôt atrocement exigeant, notamment dans l’approche des proies. Le moindre soubresaut pourra créer un vent de panique, et vous obliger à vous recoltiner 30 minutes d’approche avant un nouvel essai… Un mélange de genres qui fonctionne, mais réserve le titre à un public assez élitiste par défaut.

Reste qu’avec son mode photo, ses décors gigantesques, son cycle jour/nuit, son système de customisation des armes et ses nombreux à-côtés, Way of the Hunter n’en reste pas moins un titre qui offre une expérience de jeu solide et qui a le mérite de proposer quelque chose de rafraichissant aux amateurs du genre, sans doute las de passer leurs dernières années sur un seul et unique titre…

Conclusion

Décevant techniquement, Way of the Hunter n’en reste pas moins une simulation de chasse élitiste, qui a le mérite d’apporter un petit vent de fraicheur au genre avec ses features inédites. Le titre brille surtout au niveau de la liberté d’action qu’il accorde au joueur sur ses deux gigantesques cartes. Les environnements offrent des terrains de chasse idéaux pour les amateurs de trophées. S’il se révèle moins technique qu’un The Hunter, et moins riche en contenus, Way of the Hunter offre une expérience de jeu unique avec ses nombreux à-côtés, son sens prononcé de la narration et quelques idées brillantes. Techniquement en revanche, le tableau est loin d’être rassurant. Le jeu n’est visuellement pas très joli, les bugs sont nombreux et les contrôles ont tendance à être un peu gauches, en particulier au volant de la jeep, qui permet certes de parcourir de longues distances mais effraye les proies et a tendance à aller s’encastrer un peu partout… Way of the Hunter montre un réel potentiel, mais encore faudra-t-il que les développeurs assurent côté suivi. 

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.

Way of the Hunter

Gameplay 6.0/10
Contenu 7.5/10
Graphismes 6.0/10
Bande son 6.5/10
Finition 4.0/10
6.0

On aime :

Deux cartes gigantesques à explorer

Un gameplay plutôt efficace

Le sentiment de liberté

Quelques très bonnes idées

On aime moins :

Techniquement décevant

Des bugs en pagaille

La conduite du véhicule

Des commandes parfois assez gauches

"Seulement" deux cartes