Crédits : AFP

Google va autoriser d’autres systèmes de paiement in-app

Google a annoncé qu’elle allait permettre aux développeurs d’applications en Europe d’utiliser d’autres systèmes de paiement. Même s’ils devraient bénéficier d’un coût de service moindre, la plateforme leur prélèvera toujours des commissions.

“Dans le cadre de nos efforts pour nous conformer à ces nouvelles règles, nous annonçons un nouveau programme pour soutenir les services de paiement alternatifs pour les utilisateurs de l’espace économique européen”, a annoncé mardi 19 juillet Google dans un communiqué.

Éviter une amende

Le géant ne prend pas cette décision par bonté de cœur. En effet, en ouvrant la voie aux systèmes de paiement alternatifs, l’entreprise entend ainsi éviter une nouvelle amende antitrust.

Légalement, et dans le cadre du Digital Markets Act (DMA) européen, les mastodontes tels Google ou Apple devront autoriser les systèmes de paiement concurrents dans leurs boutiques d’application. En cas de refus, ils encourent une amende pouvant atteindre 10% de leur chiffre d’affaires annuel. C’est ainsi que le Google Play Store autorise désormais les développeurs européens à proposer leur propre système de paiement. Ils e sont donc plus obligés de se limiter à celui du Play Store. Pour rappel, le DMA est le nouveau règlement européen sur les marchés numériques et doit entrer en vigueur en 2023. Pour en savoir plus, c’est par ici.

Par “développeurs européens”, il faut comprendre ceux qui se trouvent dans un des 27 pays de l’Union européenne, en Norvège, en Islande ou au Liechtenstein – et qui développent des applications destinées aux utilisateurs européens.

Baisse des coûts de services

Concernant les coûts de services, jusqu’à présent, sur le Google Play Store, tous les petits développeurs d’applications – soit 99% de ceux présents sur la boutique d’applications –  devaient remettre 15% de leurs revenus provenant des achats “in-app” à Google. Désormais le taux passe de 15 à 12%. Il diminue de 30% à 27% pour les applications qui engrangent plus d’un million de dollars de revenus annuels. Pour définition, les “achats in-app” concernent tous les contenus supplémentaires ou les abonnements que les utilisateurs achètent dans une application.

À noter que, jusqu’à la mise en application du DMA, les développeurs de jeux ne sont pas concernés par cette baisse de taxation.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.