Inzone H3, H7 et H9 : Sony frappe fort pour son entrée dans l’audio pour gamers

C’est une nouvelle gamme compète de produits qui débarque sur le marché. Avec sa nouvelle marque “Inzone”, Sony entend partir à la conquête du marché des casques audio pour gamers. 

S’il proposait déjà plusieurs modèles de caques pour gamers, Sony s’était jusqu’ici limité à une compatibilité avec les consoles PlayStation. Ses casques audio étaient d’ailleurs majoritairement conçus pour mettre en avant certaines des spécificités de la plate-forme, comme l’audio 3D. Avec sa nouvelle gamme de produits “Inzone”, le géant nippon s’aventure sur un nouveau territoire. Il marque également un changement de stratégie en s’adressant désormais aussi aux joueurs PC.

On retrouve au total trois produits dans cette nouvelle gamme : le casque H3, un modèle filaire vendu 100€ en magasin, le H7, la variante sans fil à 230€, et le H9, la Rolls-Royce de la série, qui intègre un système de réduction active du bruit, à 300€.

La gamme complète comprend 3 modèles.

Les trois modèles ont en commun certaines caractéristiques. Notamment, une spatialisation du son à 360 degrés. Mais pas que, puisque tous reprennent dans les grandes lignes le même design caractéristique avec un micro qui bascule vers le haut, des oreillettes en faux-cuir et une compatibilité étendue PC/PS5.

Clairement, c’est le modèle H9 qui impressionne le plus avec son système de réduction active du bruit, très abouti – mais à l’utilité somme toute réduite. A moins de jouer dans un environnement très bruyant, celui-ci n’a en effet qu’un intérêt modéré, d’autant plus que cette spécificité impacte partiellement l’autonomie de l’appareil, qui n’affiche que 32 heures d’autonomie, contre 40 pour le H7. Il n’empêche que pour ceux qui recherchaient un casque “à réduction active” pour jouer, Sony propose une solution tout en un très efficace. Le H9 dispose en effet de plusieurs microphones de réduction du bruit qui serve à couper l’utilisateur du monde extérieur. Sony a intégré la même technologie de double capteur de bruit que dans son casque premium. Et le résultat est tout bonnement miraculeux.

Là où Sony frappe fort, c’est au niveau des fonctionnalités, avec une double connectique sans fil. Il est par exemple possible de connecter son casque à sa console PlayStation via l’adapteur USB et à son smartphone grâce au Bluetooth, en simultané. Quel intérêt? Utilisez Discord avec ses amis, tout en ayant accès à l’audio ingame. L’application Inzone sur PC donne également accès à de nombreux paramétrages. Grâce à elle, le casque reproduit un son spatial à partir d’une source à plusieurs canaux. “Cette reproduction précise du son renforce la visualisation spatiale et permet au joueur d’entendre précisément les bruits de pas et de mouvements” explique Sony. Avec l’application pour smartphone Personnalisation du Son Spatial 360, les utilisateurs profitent également d’un son spatialisé optimisé en fonction de la forme de leurs oreilles, pour une expérience réellement personnalisée. Attention toutefois à ne pas s’emmêler les pinceaux. S’il s’agit bien d’un son spatial, il ne s’agit pas pour autant d’un son 3D. Le résultat n’est pas du niveau d’un Dolby Atmos. Mais ça a le mérite d’être compatible avec tous les jeux supportant le surround. Sur PS5, le casque est compatible avec la technologie Tempest 3D, mais l’audio spatial est généré cette fois par la console et non pas le casque. Deux approche donc bien différentes.

Sony frappe également très fort au niveau de la qualité audio, avec un casque qui s’adapte facilement à des usages multiples (gaming, mais aussi multimédia, écoute audio, calls). Sony a volontairement opté pour un son “amplifié” de façon très théâtrale, et non pas reconstitué avec un parfait réalisme. Ce qui est idéal pour une expérience de gaming. Les diaphragmes des H9 et H7 ont une forme unique, qui permet aux casques de reproduire des sons de haute et basse fréquences. Les conduits sur les coques des deux casques contrôlent et optimisent aussi la reproduction des sons de basse fréquence afin d’offrir des basses puissantes.

En terme d’expérience, difficile donc de faire mieux que ces casques premium. Si ce n’est peut-être au niveau de la finition. Si les trois casques sont visuellement très jolis, la finition en plastique nous a paru très fragile. Et si le plastique est un matériau convaincant sur un produit à 100€, il l’est beaucoup moins sur un produit à 300€. On adressera le même reproche au faux-cuir utilisé pour les coussinets. Coussinets qui ont tendance à vite chauffer en été et qui ne sont malheureusement pas remplaçables. Rassurez-vous toutefois, à l’usage, les trois casques sont très convaincants. La répartition du poids est excellente : on ne sent pas du tout sa tête compressée. L’arceau est large et le rembourrage excellent. Le casque est vraiment très confortable à porter.

Mais alors, à qui s’adressent ces casques? Et surtout, Sony a-t-il vraiment des arguments à faire valoir face à ses concurrents. Le H9 se positionne très clairement comme la nouvelle Rolls Royce des casques à réduction active. Il se distingue des autres modèles par son excellence dans ce domaine. Le H7 se positionne comme une alternative un peu plus économique – et dépourvue du système de réduction active. Il intéressera les joueurs qui jouent dans un environnement déjà assez calme. C’est sans doute le modèle le plus intéressant du lot pour le commun des mortels. Le H3 a plus de mal à sortir du lot puisqu’il s’agit d’un modèle exclusivement filaire.

Les + :

  • Un design sobre
  • La qualité de l’audio
  • L’isolation sonore avec le modèle H9
  • La compatibilité PC / PS5
  • L’app Inzone

Les – :

  • La finition un peu cheap…
  • Les coussinets qui tiennent chaud

Alors, on craque?

Avec ses casques Inzone H3, H7 et H9, Sony se lance un nouveau défi. Il propose une gamme complète de casques pour gamers, ciblant prioritairement les joueurs PC. Le gros atout de cette gamme, c’est bien entendu la qualité audio. Sony a transposé les performances de sa série 1000X dans le gaming. Le rendu est tout simplement exceptionnel. Le H9 se positionne ainsi comme le flagship, avec son système de réduction active du bruit, pratique si vous jouez dans un environnement bruyant. Le H7 se destine aux gamers qui jouent dans un environnement déjà assez calme par nature, et qui n’ont pas forcément besoin d’une réduction du bruit. Quant au H3, il offre l’alternative filaire, à moindre coût. Sony frappe ainsi très fort avec trois casques aux performances solides, qui se démarquent avant tout par leur excellente spatialisation du son. On regrette en revanche la finition un peu cheap des trois modèles. Le plastique, ça a du bon, mais sur un modèle à 300€, le choix reste discutable. 

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.